Faux top 10, vrais coups de coeur cinéma en 2018 (Netflix not chill)

Faux top 10, vrais coups de coeur cinéma en 2018 (Netflix not chill)

Au coeur d’une année 2018 mouvementée pour tous les écrans, la bataille entre les plateformes SVOD (Netflix aujourd’hui, Disney et Apple demain ?) et le cinéma ne fait que commencer. Et pourtant, le petit écran a déjà gagné quelques batailles : des films récompensés en festivals, des auteurs ravis, des promotions jusqu’en salles… Le voir triompher serait oublié que le cinéma ne démérite pas, et propose des expériences incomparables. Rien ne saurait remplacer le plaisir du grand écran : sauf peut-être le danger d’une industrie qui doit ne pas se faire ensevelir par les blockbusters de basse qualité. Non, on ne vise pas le succès de VENOM.

Revoir les top cinéma 20172016 / 2015 / 2014 / 2013.

MELTING POT

Voici les 10 à retenir, pas forcément dans l’ordre, après sondage auprès des principaux rédacteurs ciné, et qui vous donneront quelques priorités de rattrapage en 2019 :

Et pas loin on notera aussi : Amanda, Donbass, De l’autre côté du vent, Foxtrot, Roma, Plaire, aimer et courir vite, L’île aux chiens, Une prière avant l’aube, Ni juge ni soumise, Shéhérazade.

Le réalisateur de l’année : Steven Spielberg

Niko Tavernise/Twentieth Century Fox pour Vanity Fair

Comment ne pas ignorer le retour en forme du king de la pop culture ? S’il signe un PENTAGON PAPERS en quelques semaines au milieu de la post-production gigantesque de READY PLAYER ONE, les deux compilés représentent l’ensemble de son cinéma. Celui d’un auteur en très grande forme, politique, virtuose des images mais aussi de ses sujets. Dans le premier, c’est son exploration de l’Histoire Américaine qui continue. Dans le deuxième, c’est une volonté de se rapprocher des nouveaux médiums, virtuels ou vidéo-ludiques. Entre les deux, un gouffre qu’il comble aisément : Spielberg, c’est la force d’un vrai storytelling, et de la ressource pour en mettre plein les yeux. On en reprend quand il veut.

Mais aussi : Luca Guadagnino pour les mêmes raisons, un cinéaste capable de sortir en un an CALL ME BY YOUR NAME puis la commande / remake SUSPIRIA, et à chaque fois une vraie proposition. Et puis John Krasinski, gros bras pour la série Jack Ryan sur Amazon, mais surtout réalisateur de A QUIET PLACE, le « hit » du suspense de l’année. On pourra aussi viser, dans le même style, Bradley Cooper pour son premier long à succès, A STAR IS BORN.

L’actrice de l’année : Carey Mulligan

Carey Mulligan tourne peu, mais bien. En choisissant le premier film (en tant que réalisateur) de Paul Dano, aux côtés de Jake Gyllenhaal, c’est un rôle tout en subtilité dont elle s’empare, et auquel elle donne une grande force. Un nouveau départ pour la princesse du cinéma indépendant américain ?

Mais aussi Meryl Streep dans PENTAGON PAPERS, le casting lumineux de MEKTOUB MY LOVE, Léa Drucker dans JUSQU’A LA GARDE, Lady Gaga dans A STAR IS BORN, Ophelia Kolb dans AMANDA…

L’acteur de l’année : Vincent Lacoste

Photo : Claire Delfino pour Paris Match

Difficile de faire sans : Vincent Lacoste était partout en 2018, voir même plus. Avec le touchant AMANDA de Mikhaël Hers en fin d’année, les retrouvailles avec Thomas Lilti pour PREMIERE ANNEE juste avant (et + d’un million d’entrées !), mais aussi le plébiscité PLAIRE, AIMER ET COURIR VITE de Christophe Honoré. Mais il a aussi défendu DEUX FILS en festival, le premier long métrage de son camarade Félix Moati (sortie début 2019). C’est une année majeure pour Vincent Lacoste, et sans doute loin d’être la dernière…

Mais aussi les époustouflants Victor Polster et Arieh Worthalter dans GIRL, Marcello Fonte dans DOGMAN (Prix d’interprétation à Cannes), le duo magnétique de LETO Teo Yoo & Roman Bilyk, Denis Ménochet impressionnant dans JUSQU’A LA GARDE,Steven Yeun dans BURNING, le casting 5 étoiles des FRERES SISTERS…

Et aussi en 2018…

C’est la crise des blockbusters : si Tom Cruise conforte son statut avec un épisode 6 de MISSION: IMPOSSIBLE qui surpasse les précédents, le reste de l’industrie se divise en deux catégories. D’un côté Disney, qui enchaîne les (bonnes) surprises. BLACK PANTHER et AVENGERS 3 cartonnent, plus qu’espérer. Même ANT-MAN 2 sort son épingle du jeu : seul SOLO déçoit au sein de la franchise STAR WARS. Voilà la firme de Mickey qui prépare une année 2019 tonitruante sur grand écran, tout en peaufinant ses armes pour débarquer en SVOD.

Pour le reste, ce sont les films musicaux qui taillent la part du lion : A STAR IS BORN et BOHEMIAN RAPSODY sont les vrais outsiders du box office, le deuxième surpassant les 700 millions de dollars de recette. Epoustouflant pour un film qu’on aurait cru enterrer par les scandales autour de son réalisateur… Le genre n’est pas en reste avec la confirmation de John Krasinski comme réalisateur : son 3e long, A QUIET PLACE, s’impose sans mal.

On notera également les stratégies payantes d’Universal et Warner qui parviennent à faire grimper les chiffres de JURASSIC WORLD: FALLEN KINGDOM ou AQUAMAN grâce à des sorties mondiales savamment calculées. Comme VENOM, on reste très critique face aux qualités des films, mais leur suprématie en tickets vendus est un vrai tour de force.

Le distributeur de l’année : Netflix (encore !)

Outlaw King

Encore et toujours. Si c’est du « petit écran », Netflix continue d’être le grain de sable qui fait grincer des dents. Sauf qu’en 2018, sa politique de diffusion de films s’est accéléré. Totalement produits ou simplement distribués, les noms s’additionnent et leur catalogue commence à avoir une très belle tête : Jeremy Saulnier, Paul Greengrass , Gareth Evans, Orson Welles (ok, son film perdu, mais quand même), Tamara Jenkins, David Mackenzie, Alfonso Cuaron, Andy Serkis… Et l’an prochain, vous aurez droit à Jonas Åkerlund, Dan Gilroy, Steven Soderbergh, J. C. Chandor, Martin Scorsese, Michael Bay, David Michod, Dee Rees, Brad Anderson, Guillermo Del Toro…

En amenant ses productions vers les salles (en sortie limitée, événementielle), Netflix cherche à conquérir l’ensemble de l’industrie. En ayant conquis le festival de Venise, avant les prochains Oscars : vers un retour à Cannes ?

Et par rédacteur…

Merry : Tully, Vierges, Leto, Foxtrot, Jusqu’à la garde, Ni juge ni soumise, Nos Batailles, Les Chatouilles, Pupille, Phantom Thread, La Prière, Battleship Island, Mektoub my love, Rafiki, Blindspotting, First man, The Guilty, Première année, In The Fade, Diamantino.

Teddy : Pentagon Papers, Leto, Donbass, De l’autre côté du vent, Mektoub my love : canto uno, Transit, Dogman, Un couteau dans le coeur, La route sauvage, JSA: Joint Security Area, Burning, L’île au trésor, L’insulte, Les bonnes manières, Millenium – Ce qui ne me tue pas, Une prière avant l’aube, Les frères Sisters, Une affaire de famille, Pupille, Avant que nous ne disparaissions.

Emmanuel : Call me by your name, 3 Billboards, Amanda, Girl, Plaire, Aimer et Courir Vite, Shéhérazade, Dogman, Gaspard va au mariage, Woman at War, Lady Bird.

Mathieu : Call me by your name, Leto, Jusqu’à la garde, Pentagon Papers, Roma, L’île aux chiens, Hereditary, Mission: Impossible – Fallout, Spider-Man: Into the Spider-verse, Burning, Une prière avant l’aube, La ballade de Buster Scruggs, Ready Player One, Une affaire de famille, Girl, Le monde est à toi, Les Indestructibles 2, Au poste !, Battleship Island, Sauvage.

🎙 C'est nouveau et c'est beau : le podcast d'Onlike donne la parole aux artistes et artisans qui font l'actualité de la musique en France et à l'international. Cliquez ici