Cannes 2017 - Avant que nous ne disparaissions, du Kurosawa low cost

Cannes 2017 - Avant que nous ne disparaissions, du Kurosawa low cost

Cannes 2017 / Film présenté à Un Certain Regard.

L’iconoclaste et infatigable Kiyoshi Kurosawa (22 longs métrages au compteur en 35 ans de carrière, sans compter les courts et téléfilms…) revient à Cannes avec un film de science-fiction minimaliste qui privilégie l’absurde et la réflexion à la surenchère. Une démarche louable mais longue.

L’introduction pourrait surprendre : on suit une écolière entrant dans une maison, en ressortant pour s’aventurer le long d’une route et provoquer un vaste carambolage. Scène presque spectaculaire qui contraste avec le reste du film : les rares effets sont minimalistes, courts. Kurosawa se concentre sur ses personnages, et fait passer son invasion extraterrestre (donc) par des idées non visuelles. Manipulations mentales & réflexions sur ce qui fait l’humain sont au programme, toujours avec ce léger décalage entre satire et absurde.

On pourra regretter la longueur du film (plus de 2h), qui étire à l’inutile certaines scènes, et une absence de formalisme qui tend à ne jamais ajouter de style aux idées transmises. S’il traite au fond de l’humain, Kurosawa laisse son récit avancer, multiplie les situations en ouvrant tous les possibles. Si le sujet est pertinent, intelligent, on aurait sans doute apprécier y voir plus d’efficacité.

2.5 / 5

🎙 C'est nouveau et c'est beau : le podcast d'Onlike donne la parole aux artistes et artisans qui font l'actualité de la musique en France et à l'international. Cliquez ici