Alabama Monroe

🕘 1 juillet 2013

On avait presque oublié l’existence de LA MERDITUDE DES CHOSES, formidable film flamand (ou FFF) à base de cyclistes nus et de bières belges. Un de ces films vrais qui vous fait réfléchir sur la place particulièrement d’un cinéma belge décidément très vivant. Et puis sont réalisateur (appelons le Félix) revient avec ALABAMA MONROE, qui se classe tout de suite en pole position de vos coups de coeur de l’année.

Dans ALABAMA MONROE, un couple s’aime, se déchire, chante, vit. Une odyssée terriblement humaine, voir fataliste sur un cercle de vie à deux, entouré d’une bande de musiciens et d’une belle série de tatouages, d’un enfant à faire grandir et d’une maison à construire. ALABAMA MONROE c’est la Genèse revu à la aauce belge, avec un gros coeur en or, des sentiments à la pelle, une tragédie épicurienne qui se dévore à pleines dents. Un film à part entière où l’image est soignée (déjà une caractéristique du cinéma de Félix), l’histoire montée dans tous les sens et les personnages charismatiques.

On ne vous mentira pas, le coup de coeur prend le pas sur l’analyse, car ALABAMA MONROE est un film à vivre. Pas à réfléchir. Là où LA GUERRE EST DECLAREE, dans le même registre, n’était qu’une mise en bouche timide, Félix et ses amis flamands renversent tout. Sur fond d’une musique country ennivrante, ce petit film belge nous transporte à des années lumières de notre quotidien pour un grand moment de cinéma. On attend déjà de pouvoir y retourner.

5 / 5

🕘 1 juillet 2013