Pour sa 10e édition, le Festival Beauregard bat tous les records

Pour sa 10e édition, le Festival Beauregard bat tous les records

Le Festival normand Beauregard s’inscrit dans la durée et dans les mémoires… pour fêter les 10 ans d’existence, les co-directeurs Paul Langeois et Claire Lesaulnier ont mis les petits plats dans les grands. Leur programmation a séduit cette année près de 108 000 personnes venues sur le site exceptionnel du Château de Beauregard durant 4 jours. Un chiffre record qui s’explique par la revalorisation de la jauge (capacité de 28 000 festivaliers par jour), une météo favorable (canicule en Normandie!) et par un line-up de choix. Cette 10e édition se terminait il y a quelques jours avec le concert exceptionnel de Depeche Mode. Paul Langeois en rêvait depuis 10 ans et le répétait inlassablement chaque année.

« Ce qui nous anime c’est l’envie de réunir tous les publics, toutes les générations et de faire découvrir »

A Beauregard, on soigne particulièrement l’accueil des artistes et du public, c’est ce qui a permis au festival de recevoir les plus grandes stars comme Depeche Mode, mais aussi PJ Harvey, Iggy Pop, les Pixies, Blondie et tant d’autres. A ce propos Paul a déclaré, lors de la conférence de presse bilan du festival : « Nous avons désormais la carrure d’un festival européen et la concurrence est rude. Nous avons la chance d’avoir une bonne réputation et renommée auprès des agents et des artistes, c’est ce qui nous sauve et nous permet d’avoir tous ces artistes qui en plus ont confirmé très tôt. » Les Concrete Knives qui jouaient lundi dernier en ouverture de Depeche Mode n’ont pas manqué de remercier le « meilleur accueil artiste de France ».

Chez John, on veille au moindre détail. Cette année, le site a été décoré et accessoirisé sur la thématique du cirque, dans un esprit vintage. On a pu croiser y des comédiens très à l’aise dans leur rôle de circassiens et des acrobates qui ont « animé » les inter-concerts. Paul a ajouté : « Il y a des éléments de décor, c’est un peu parsemé comme une chasse au trésor, nous n’hésitons pas à surprendre. » Une grande roue a également été installée à proximité de la scène John (la plus petite) pour coller à l’esprit fête foraine de cette édition. Pour quelques euros il était possible de profiter d’une vue imprenable sur les deux scènes de ce site logé au milieu de la forêt. Pour marquer le coup, des feux d’artifice surprise ont été tirés le dimanche soir avant le show à l’américaine de Macklemore.

Une des clés du succès c’est d’abord de se renouveler et de surprendre. C’est aussi de trouver la parfaite alchimie entre les tendances du moment tout en conservant l’identité d’un festival intergénérationnel. Même s’il n’existe pas de recette magique, il semblerait que Beauregard ait trouvé la formule pour concocter une programmation équilibrée avec les têtes d’affiche magiques The Offspring et Macklemore côtoyant MGMT, Jack White, Orelsan, Charlotte Gainsbourg, Ibeyi, Eddy de Pretto et Julien Clerc… et toujours des artistes électro pour finir les soirées jusque tard dans la nuit. On retient notamment la prestation magistrale de Soulwax.

Beauregard verra t’il plus grand pour les prochaines éditions ? Ce n’est pas vraiment du goût de Claire Lesaulnier, co-directrice du festival : « Nous voulons que les espaces restent fluides, que ça reste vivable et convivial, que les enfants puissent courir, que les gens puissent pique-niquer. Si on va au delà on perd un peu de l’esprit de Beauregard. » Elle ajoute : « Ce qui nous anime c’est l’envie de réunir tous les publics, toutes les générations et de faire découvrir ». Rendez-vous l’année prochaine, même lieu, même période, pour démarrer une nouvelle décennie!

Merci à John Beauregard pour son accueil, et à l’équipe de La Mission

Retrouvez toutes les photos sur la page John, crédits photos Hugo Jehanne et Didrik Launay Derain

🎙 C'est nouveau et c'est beau : le podcast d'Onlike donne la parole aux artistes et artisans qui font l'actualité de la musique en France et à l'international. Cliquez ici