Cannes NEXT – On a vu Alteration, la nouvelle pépite virtuelle d’Okio Studio

18 mai 2017

Après la découverte I, PHILIP voici plus d’un an, le studio français Okio Studio préparait la suite avec ALTERATION, autre court métrage aux réalités floues qui a fait sa grande première au festival de Tribeca. Pour notre part, c’est au coeur du Marché du Film cannois et sa partie dédiée à la réalité virtuelle que nous l’avons vu.

ALTERATION, c’est l’histoire d’un homme qui se prête à une expérimentation sur les rêves. Sujet idéal pour la réalité virtuelle : déformer et détourner le réel, y compris celui de son personnage principal. Alexandro revisite ainsi plusieurs moments de sa vie, les voit s’évanouir ou se déformer, plusieurs personnages interagir avec lui pour le guider à travers ses songes. Démontrant une maturité certaine à concevoir la narration virtuelle en s’appuyant sur le visuel et le son, ALTERATION est un vrai court métrage immersif qui ne vous fait plus penser au medium pour vous intéresser directement à l’histoire. Un pari encore trop rare dans ce domaine…

Avec un casting de cinéma (Lizzie Brocheré, Amira Casar, Pom Klementieff…), ALTERATION assoit un peu plus sa légitimité à ne pas être qu’une expérience sensorielle mais bien une oeuvre à part entière. Son réalisateur Jérôme Blanquet, loin d’en être à son coup d’essai, s’aventure ainsi dans le subconscient de son héros en manipulant soigneusement chaque séquence pour en faire un tableau vivant. On l’y suit avec plaisir.


18 mai 2017