Radiohead - The King of Limbs

Radiohead – The King of Limbs

Rarement un album de Radiohead n’aura aussi peu fait parler de lui. Après l’annonce surprise de sa venue qui a déclenché une vague d’articles, peu se sont arrêtés pour détailler un peu plus le contenu. C’était peut-être déjà un signe.

Car The King of Limbs, du haut de ses huit titres, n’est plus aussi excitant que ses prédécesseurs, et semble incarner le point de non-retour d’un groupe qui a lentement dévié vers l’ambient et délaissé ainsi toute étiquette rock, cette étiquette qui l’a fait connaître et a assuré les débuts de sa notoriété. Si le disque contient tout de même quelques titres intéressants individuellement (Bloom, Morning Mr Magpie, Codex) dans son ensemble il dégage une atmosphère proche d’un album solo de Thom Yorke (The Eraser donc) le côté découverte en moins. Et c’est paradoxalement avec l’un des moins bons titres, Lotus Flower, que l’on a appréhendé The King of Limbs. Une expérience assez déroutante.

The King of Limbs est tout en variations. Mais pour la première, il n’y a plus cette impression d’avant-gardisme que l’on pouvait ressentir avec ces prédécesseurs. Les morceaux semblent dériver tantôt de The Eraser, tantôt d’In Rainbows, parfois même de l’époque Kid A / Amnesiac. Et c’est bien le sentiment que l’on pensait ne jamais connaître avec Radiohead qui fait désormais surface : la nostalgie. Pour preuve, le titre Codex de ce nouvel album, qui au lieu de nous faire découvrir de nouveaux chemins musicaux comme nous y étions habitués, semble faire resurgir Pyramid Song (un titre de 2001 sur l’album Amnesiac) de nos mémoires… Or non, nous ne sommes pas amnésiques.

On a fait le deuil de The Bends, puis de OK Computer, puis de Kid A, c’est-à-dire les albums qui ont propulsé (à la suite en plus) Radiohead au rang d’icône musicale. C’était il y a plus de 10 ans maintenant (16 ans même pour The Bends). Mais regardons les choses en face : aucun de leurs albums de la décennie 2000 n’a marqué les esprits avec autant d’impact, qu’il s’agisse d’Amnesiac, de Hail To The Thief ou d’In Rainbows. Allons même jusqu’à dire que la baisse de niveau a été progressive. Et d’en arriver à cette conclusion : Radiohead est désormais un groupe sur-côté.

2 / 5

🎙 C'est nouveau et c'est beau : le podcast d'Onlike donne la parole aux artistes et artisans qui font l'actualité de la musique en France et à l'international. Cliquez ici