UFC 191 : Johnson versus Dodson 2

UFC 191 : Johnson versus Dodson 2

Après un UFC 190 au cours duquel Ronda Rousey a triomphé une douzième fois, c’était au tour de Demetrious, Mighty Mouse, Johnson de remettre son titre en jeu ce soir face à John Dodson. Ces derniers s’étaient déjà rencontrés une première fois et c’est Johnson qui l’avait emporté par décision unanime.

De manière générale cet UFC 191 est inégal, mais certains combats sont clairement au-dessus des autres.

Voici le point combat par combat :

COJr5DwVAAEnool

Early Prelims

Silva versus Malegarie

Ce premier match de cet UFC 191 méritait bien sa place dans cette section. Il était bien, mais sans non plus transcender l’écran. Les deux combattants y sont allés crescendo en adoptant le même rythme. Le match s’est joué essentiellement debout. Malegarie a réussi un takedown mais cela s’est arrêté là. Les deux combattants ont systématiquement cherché LE coup qui mettrait KO. Au final, nous avons eu le droit à trois rounds équilibrés. Silva l’emporte par décision unanime.

Riggs versus Stallings

Le combat a démarré doucement, mais sûrement. Très rapidement, Riggs se trouve gêné à l’œil droit ce qui le handicape durant toute la première reprise. Il subit clairement et le match semble plié. Au second round, la vapeur se renverse. Riggs envoie Stallings au sol grâce à un coup puissant. Riggs enchaîne les coups de coudes autant qu’il peut. Il sait que c’est le seul moyen de remporter le combat, son œil le gênant de plus en plus. Riggs est sur la bonne voie pour finir son adversaire lorsque l’arbitre décide d’arrêter le combat à cause d’un coup de pied non autorisé de la part de Stallings. Ce dernier est disqualifié. Riggs sort vainqueur. un goût d’inachevé.

Prelims

Collard versus Trator

Bon, je ne vais pas être très objectif 2 secondes, mais à la base je n’aime pas Collard. Déjà il utilise le nom de scène « Cassius Clay » cela en dit long sur la personnalité du Monsieur. Durant tout le combat, il n’a cessé de singer quelques mouvements de Muhammed Ali histoire que l’on puisse bien saisir d’où venait son surnom. Durant trois reprises, il a tenté des choses plus ou moins concluantes, mais sans donner l’impression d’avoir la rage au ventre. Il remporte le second round sans problème en montrant plus d’agressivité et un striking plus efficace, mais échoue par décision partagée au profit d’un adversaire plus subtile et moins dans le « show ».

Andrade versus Pennington

Premier combat féminin de la soirée. Je suis friand des sections féminines car dans l’ensemble, les combattantes délivrent bien et offrent des combats réellement intéressants. Andrade et Pennington s’étaient déjà rencontrées auparavant. Andrade avait remporté le combat. Lors du premier round, les combattantes ont essentiellement fait jouer leur boxe tout en essayant de s’amener au sol. Andrade s’est souvent retrouvée en difficulté, mais tout en maintenant son adversaire à distance. Dans second round, lors d’un passage au sol, Pennington parvient à passer dans le dos de son adversaire et à la vérouiller. Andrade tape. Pennington remporte le combat par soumission au terme d’une belle bataille.

Rivera versus Lineker

Ce combat fut court, mais intense. Les deux combattants sont rentrés dans le vif du sujet dès le départ en se rendant coup pour coup à un rythme effréné (d’après un tweet de l’UFC après le combats, il y aurait eu 98 coups). Lineker parvient à faire faiblir Rivera, mais ce dernier parvient à se relever et à continuer de renvoyer des directs. Hélas, Lineker prendra le dessus, et dans un dernier élan, termine son adversaire par soumission. Quelle conclusion ! Le meilleur combat de ces prelims !

Pearson versus Felder

Le dernier combat de cette carte fut du même acabit que le tout premier match de la soirée. L’engagement était là et les combattants ont offert une bonne prestation. C’est le genre de combat qui est certes intéressant, mais qui ne fait pas avancer le sport pour autant. Pearson l’emporte par décision partagée.

Main Card

Vanzant versus Chambers

Pour ce premier combat du Pay-Per-View, nous n’avons pas été déçus. Dès le début du premier round, on sent une différence de niveau notoire entre les deux combattantes. Vanzant nous a dévoilé tout ce qu’elle savait faire en matière de boxe, striking, grappling, clinch etc… Chambers subit les assauts de son adversaire round après round. Il faudra attendre le dernier et troisième round pour voir Vanzant verrouiller une clé de bras éclair. Victoire logique.

 

 

Blachowicz versus Anderson

Second combat de la main card et autant avouer tout de suite que tout cela ne fut pas très réjouissant ! L’essentiel du combat s’est joué au sol, Anderson ayant clairement le dessus niveau ground and pound, Blachowicz essayant bon gré mal gré de parer les coups de son adversaire. Anderson l’emporte par décision unanime avec une des scores indiscutables (30-25 deux fois et 29-26).

Johnson versus Manuwa

Quand vous voyez le nom d’Anthony Johnson sur une carte, vous savez tout de suite que ça va envoyer du lourd. Dès le début, Johnson a pris le dessus sur son adversaire en faisant jouer sa supériorité en grappling. Plusieurs fois, lors du premier round, Johnson fait vaciller son adversaire, mais il faudra attendre le début du second pour voir un super crochet du droit se déposer délicatement sur la mâchoire de Manuwa. Imparable. Victoire par KO pour Johnson.

 

 

Co-Main Event

Arlovski versus Mir

10 ans. Il aura fallu attendre 10 ans pour que ces deux combattants puissent se rencontrer de nouveau. Même si ce n’était pas le combat de la soirée, il y avait quelques attentes autour de cet affrontement. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que nous avons eu le droit à un match très étrange. Les deux combattants sont allés jusqu’au bout des trois rounds et quand deux poids lourds tiennent la distance cela donne souvent un match « guimauve ». Après le premier round plutôt intéressant, Mir et Arlovski n’avaient clairement plus de jus pour la suite ce qui a donné un combat tout sauf spectaculaire. Au final c’est Arlovski qui l’emporte par décision unanime sous les huées du public.

Même Roy Nelson y va de son petit commentaire à la fin du match :

Main Event

hi-res-442180297a84d3c98d9673e6cff4351a_crop_north

Johnson versus Dodson

Le problème avec Johnson c’est qu’au fil des années il a fini par nettoyer sa division entière prenant ses adversaires un à un et les mettant au tapis. Encore une fois, Dodson n’a pas dérogé à la règle ce soir.

5 rounds pas moins. Johnson a pris tout le temps nécessaire pour lui montrer toute la palette de son talent. Que ce soit au niveau de la boxe, grappling, takedown, clinch et j’en passe, Demetrious Johnson a eu tout le temps le dernier mot. Supérieur dans tous les domaines, la souris est devenu le chat le temps d’un combat. Dodson s’est retrouvé piégé par la vitesse de son adversaire et a eu bien du mal à riposter.

Johnson termine sa leçon particulière sur une décision unanime et conserve son titre le tout sous les huées du public qui s’attendait, visiblement, à un autre spectacle. Dana White les qualifia à la conférence de presse « d’attardés bourrés ».

Voici les bonus de la soirée :

Fight of the Night — John Lineker vs. Francisco Rivera

Performance of the Night — Anthony Johnson

Performance of the Night — Raquel Pennington

 

(c) Photos : Esther Lin – MMA Fighting – Josh Hedges/Zuffa LLC/Getty Images