Utopia - Saisons 1 & 2

Utopia – Saisons 1 & 2

Where is Jessica Hyde ?

Plus qu’un sous-titre, un leitmotiv. UTOPIA, série fantastique, avant-gardiste, d’anticipation britannique cherche Jessica Hyde. Figure énigmatique d’un show de deux saisons qui, alors que la version anglaise semble s’arrêter, retrouvera un second souffle par la grâce des remakes américains. A la différence que cette copie se fera sous la direction de David Fincher, ce qui laisse augurer une brillante décomposition des aventures d’un groupe un peu particulier.

La série détonne par son ton, et sa facilité à jouer avec les codes du genre. Le genre « méta/geek » qui vient recycler toutes nos bonnes références culturelles, confrontant plusieurs générations autour des problématiques de réseaux numériques, d’environnement & de conspirations politiques. UTOPIA, c’est un foisonnement perpétuel d’idées où tout peut arriver, où chaque personnage est en danger continu. Et la série joue avec ça, dans une fuite en avant en 12 épisodes (6 par saison) où un groupe de geeks se retrouve lié par un comics de légende dont le créateur a disparu et serait annonciateur de grandes choses. On a là un postulat un peu étrange, mais dans la lignée des séries anglaises jouant avec le fantastique (MISFITS…)

De ce simple postulat, ils découvriront rapidement un complot à grande échelle, des tueurs réellement implacables & pour chacun un nouveau destin. Série mâture, le créateur d’UTOPIA Dennis Kelly a compris comment jouer avec les décors (multiples mais simples, épurés – presque trop, les ruptures de ton à certains moments donnent l’impression de voir les héros être catapultés de ville à campagne, par exemple) et la forme pour offrir une série esthétiquement parfaite. Un travail sur les cadres et les couleurs donnent clairement un côté pop’ au sein duquel se déroulent les pires atrocités. Exécution sommaire, torture… UTOPIA est une série violente à certains moments, tout en conservant un ensemble bon enfant. Une petite musique entraînante, du jaune poussin partout, et vous ferez passer le plus grand assassin pour Mickey Mouse.

En s’appropriant les codes du thriller et de la conspiration, UTOPIA est au final un étrange objet. Un miroir d’une histoire terrible, aux personnages un peu fêlés (et les évènements ne les arrangent pas), pas loin de l’univers jubilatoire d’un Tarantino s’autorisant à repeindre son décor en rouge sang. Si le final de chaque saison, en forme de cliffangher ultime, est à savourer à sa juste valeur, l’annonce d’une annulation et d’une absence de saison 3 vient ternir un peu la joie d’avoir entre les mains un petit bijou. Avec de vraies ambitions sur la durée, UTOPIA aurait pu facilement détrôner des mythologies à la LOST. On en restera avec déjà 12 très bons épisodes, et un futur remake entièrement Fincherien. Et c’est déjà (très) bien.

5 / 5