The Terror : sur la banquise, personne ne vous entend mourir

The Terror : sur la banquise, personne ne vous entend mourir

Adaptation du roman de Dan Simmons, The Terror raconte l’expédition maritime britannique (qui s’est réellement produite) destinée à l’exploration de l’Arctique afin de trouver un passage (un raccourci même) vers la Chine. Deux navires, le HMS Terror et le HMS Erebus, menés par Sir John Franklin quittent le Royaume-Uni en 1845 mais vont se retrouver prisonniers des glaces. Une expédition périlleuse où le froid ainsi qu’une mystérieuse créature terrifiante vont avoir raison de la santé mentale et physique de l’équipage.

Car c’est toute la beauté de l’intrigue qui attise la curiosité : le roman — et donc son adaptation en série — mélange habilement faits historiques (avec les vrais personnages, le contexte et l’issue de l’expédition) et des éléments fictionnels et horrifiques pour remplir les zones d’ombre que les historiens n’ont pu expliquer concernant cette aventure.

En effet, ce n’est rien dévoiler que de dire que l’expédition est un échec, un fiasco. “Winter is coming” et il faut reconnaître que sur la banquise, il ne pardonne pas. Malgré des navires ultra-préparés (pour l’époque) à passer plusieurs hivers, blindés de provisions et d’équipement, The Terror est une série de survie, un battle royale avec 128 membres d’équipage en jeu et des éléments extérieurs qui viennent « pimenter » le scenario.

Bande-annonce de The Terror

La série avance en 10 épisodes relatant un scenario étalé sur plusieurs années. Plusieurs hivers en réalité, froids et nocturnes, sans apercevoir le moindre rayon de soleil pendant de longs mois. Bloqués dans la glace, les deux navires imposent des questions vitales au commandement : attendre le dégel et avancer ? Attendre le dégel et rebrousser chemin ? Abandonner et partir à pied ? Attendre les secours ?

La distribution est admirablement servie par un trio de tête, le fameux commandement justement : Jared Harris, Tobias Menzies et Ciarán Hinds. Des acteurs britanniques loin d’être des débutants et des inconnus, qui portent à bout de bras une réalisation soumises à plusieurs pièges : des décors factices (beaucoup d’effets visuels pour compenser un tournage essentiellement en intérieur) et certaines longueurs.

Au final, The Terror est une série horrifique certes, mais qui ne verse pas dans le gore. Elle prend le temps de la contemplation et limite les scènes d’action au profit de la suggestion. Parfois c’est réussi, parfois on reste sur notre faim (l’expression est parfaitement pertinente). L’idée de départ, c’est-à-dire celle du roman qui reprend un fait historique en expliquant l’inconnu par du surnaturel, est véritablement ingénieuse. Si le fond était là, la forme s’est révélée plus incertaine.

POST SCRIPTUM
Aussi surprenant que cela puisse paraître, The Terror saison 2 est bel et bien prévue. Il s’agirait d’une autre histoire (logique, puisque celle de la saison 1 est définitivement terminée) qui se déroulerait durant la seconde guerre mondiale, d’après le peu d’information ayant déjà filtré.

3.8 / 5

🎙 C'est nouveau et c'est beau : le podcast d'Onlike donne la parole aux artistes et artisans qui font l'actualité de la musique en France et à l'international. Cliquez ici