The Big Bang Theory - saison 3

The Big Bang Theory – saison 3

On l’avait déjà constaté précédemment, The Big Bang Theory n’est pas une série qui avance. En trois saisons, on ne peut pas dire que le quotidien de notre bande de geeks préférée ait été bouleversé. Et pourtant, la série continue de construire — à son rythme — des personnages aux caractères riches et variés qui en assurent le succès comique.

Cette saison 3 fait la part belle aux histoires sentimentales et aux personnages féminins, n’en déplaise au public de nerds les plus réfractaires. Mais le célibat semble être le combat le plus dur pour nos héros. Si Howard se case relativement vite avec la gentille Bernadette (collègue de Penny), la femme la plus emblématique de cette saison est une autre : Amy Farrah Fowler, la véritable trouvaille des scénaristes. Neuro-biologiste rencontrée par Howard et Raj sur Internet pour séduire Sheldon, elle apparaît d’abord au spectateur comme un « Sheldon Cooper au féminin » avant de prendre une dimension toute personnelle. Amy Farrah Fowler se proclame nouvelle meilleure amie de Penny, possède aussi peu de tact que Sheldon pour dire ce qu’elle pense (sur tous les sujets), mais surtout on assiste peu à peu à sa transformation. Lentement, au contact des autres filles, Amy Farrah Fowler va se dévergonder (sans exagération non plus) et montrer ce que à quoi aurait pu ressembler Sheldon en plus sociable.

N’oublions pas non plus Leonard, qui suite à sa rupture avec Penny, ira se réconforter dans d’autres bras : ceux de la soeur de Raj, au grand dam de ce dernier.

Pas de grands changements donc, même pas un cliffhanger à la fin, mais une succession de petits épisodes toujours aussi drôles. The Big Bang Theory ne s’essouffle pas et l’on voit mal comment il pourrait déjà atteindre le bout de son inspiration, tant le registre geek se renouvelle en permanence.

4 / 5