Le bureau des légendes – saison 4 : dans le monde des espions 2.0

Le bureau des légendes – saison 4 : dans le monde des espions 2.0

La saison 3 du Bureau des Légendes nous laissait sur la conclusion d’un cycle, celui d’un héros en mauvaise posture parvenant à s’échapper d’un jeu de dupes qu’il n’arrivait plus à gérer. La série clôturait un chapitre, et la saison 4 aurait pu en ouvrir un nouveau : à l’inverse le retour de Malotru se fait ici pour mieux assumer ses erreurs, et tenter de les réparer.

Désormais en fuite, Malotru (Kassovitz) se réfugie en Russie, pays dangereux certes mais qui l’isole pour quelques temps de la traque opérée par ses anciens camarades français et employeurs américains. Dans tout cela, le jeu d’influences et d’infiltration qui joue autour du héros ouvre de nouvelles perspectives. En déplaçant le centre de gravité de l’action en Russie, Eric Rochant et ses scénaristes continuent de suivre l’actualité, en tentant de l’anticiper. La série introduit ouvertement la guerre numérique, les hackers & Internet comme de vraies forces en présence. Le pays hôte de cette saison 4 étant loin d’être novice en la matière…

De l’autre côté, c’est l’analyste Jonas qui prend du galon. Décidé à éclaircir les derniers dangers venant de Syrie, le voici traquant des français passés chez l’ennemi et susceptible de revenir sur le territoire national pour y perpétrer des attentats. Palpitant de bout en bout, non dénué d’humour, son duo avec Grégory Fitoussi (catapulté d’avocat coincé dans ENGRENAGES à mercenaire bad-ass ici même) fait mouche, et permet de continuer à explorer les conséquences des saisons précédentes. Une piste qui ouvre également la porte d’une possible suite au Bureau des Légendes sans le personnage central incarné par Mathieu Kassovitz ?

Plus technologique qu’avant (ce cliffhanger d’épisode 9 !), LBDL – pour faire court – n’épuise pas les dynamiques des saisons précédentes, parvenant à construire une suite censée et toujours aussi dense. L’introduction d’un nouveau personnage en interne, joué par Mathieu Amalric, double les intrigues au sein du bureau, non sans ignorer les péripéties de terrain. S’accrochant à l’actualité pour justifier sa pertinence, la série semble s’offrir un 4e acte en forme de champ du cygne. Celui d’un héros embourbé dans ses propres erreurs. Celui aussi d’une série appelée à tenir le niveau dans une 5e saison encore plus éclectique et complexe ?

Retour sur nos chroniques : Saison 1Saison 2Saison 3

5 / 5

🍻 Envie de vous exprimer librement ? Onlike est une plateforme ouverte aux contributions. Pour en savoir plus, rendez-vous ici.