Game Of Thrones - saison 7 : drague et dragons

Game Of Thrones – saison 7 : drague et dragons

Accrochez-vous, cela va aller vite. Très vite. Trop vite. Le coup d’accélérateur final de la série Game of Thrones est clairement enclenché avec cette saison 7 qui contraste radicalement par rapport aux précédentes.

Avant, on prenait son temps. On creusait les personnages. On parcourait les milliers de miles de Westeros en plusieurs épisodes, et c’était long. Trop long. Dans la saison 7, c’est l’inverse : Westeros paraît désormais ridiculement petit, tous les moyens de transports semblent avoir enclenché un mode turbo sorti de nulle part. Les bateaux, les dragons, même les corbeaux sont devenus supersoniques à faire pâlir l’Internet moderne, dont Bran Stark serait le Google.

Pour la faire courte (comme la saison) : l’hiver est là. Au Nord, c’est pas les Corons, ce sont les morts qui marchent vers le mur pour anéantir tout le monde (au fait, vous savez pourquoi ? Non ? Et pourquoi maintenant ? Non plus ? Bah c’est comme ça). Au Sud, c’est Daenerys qui vogue (avec dragons, bateaux, armée(s) totalement à son service) vers Port-Real prendre le trône de fer à Cersei Lannister. Et comme cette seconde confrontation fait pâle figure face à la menace zombie du froid, il est peut-être temps de revoir les priorités.

Stop ! On en est là. Fin de la saison 6 : les morts arrivent. Fin de la saison 7 : les morts arrivent. Ce n’est pas un spoiler, c’est un constat d’immobilisme très habilement maquillé en sept épisodes de qualité (visuelle) et qui eux, vont vite. On ressent l’urgence d’une saison finale qui sera l’affrontement ultime (« la grande guerre ») entre morts et vivants pour lequel il fallait absolument poser les derniers éléments avant de lancer les hostilités. Game of Thrones saison 7, c’est une magnifique bande-annonce de la saison 8.

Fan Service Bonjour

Cela ne vous aura pas échappé, la série a pris le pas sur les livres. Et les showrunners savent exactement ce qui plaît aux fans. Du coup, ils se laissent un peu aller à la facilité en donnant aux plus midinettes d’entre nous une bonne dose de satisfaction avec des intrigues amoureuses que l’on sentait venir depuis longtemps, qui se concrétisent en un éclair. Magique. Mais trop simple. Bonus : la tendance 2017-2018 est clairement tournée vers l’inceste, allez vite jeter un oeil à votre arbre généalogique si vous voulez être à la mode.

C’est donc la même chose du côté des retrouvailles ou de l’identité des protagonistes. Désormais tout le monde connaît tout le monde. Au début, c’était même émouvant de voir des personnages que l’on avait suivi chacun de leur côté, avancer ensemble. Mais à force, l’intensité s’est étiolée au fil des épisodes. Dommage. Même la grande révélation sur l’identité de « vous-savez-qui » n’est pas une grande révélation vu comment on nous l’a présentée avec de gros sabots pendant longtemps…

Ne soyons pas si négatifs néanmoins. La saison 7 de Game of Thrones est une bonne saison d’une série avec énormément d’attente, désormais en roue libre vers son dénouement. Maintenant que l’on sait que tout Westeros peut se parcourir en un épisode, on imagine une saison 8 du même calibre, avec des morts emblématiques à chaque épisode, car cette saison 7 a, là encore, été plutôt en retenue sur ce point (sauf la surprise finale, bien amenée). N’oublions pas non plus toutes les prophéties égrenées au fil des saisons précédentes (ou même de celle-ci) concernant des décès (ou des trahisons) qui ne se sont pas encore produits. On a hâte. Quand même.

4 / 5