Martin Gore - MG

Martin Gore – MG

Le co-fondateur de Depeche Mode (et bidouilleur de génie) Martin Gore se livre à nouveau en solo avec MG. Un album purement instrumental de 16 titres à l’ambiance pressentie : sombre, électronique, spatiale, spectrale et organique. Le compte est bon.

Martin Gore l’avait annoncé d’emblée : on n’entendrait pas sa voix sur l’album. Un léger regret puisque qu’il lui arrivait de pousser la chansonnette sur certains titres de DM. Ici, tout est donc fait pour laisser le champ libre aux synthés dans un ensemble pas si dépouillé qu’il n’y paraît. Certes, les pistes se suivent avec une rigueur évidente, celle de conférer à chacune sa personnalité pour transporter l’auditeur d’un bout à l’autre de la galaxie Gore. Et l’on trouve généralement ce que l’on s’attendait à découvrir, dès l’introduction de chaque morceau, puisque les boucles sont à l’honneur.

L’artiste parvient tout de même à surprendre de manière amusante, à l’instar de Stealth qui démarre comme une bande-son d’un jeu vidéo 8 bits avant de glisser vers un morceau bien chargé et consistant du plus bel effet, pour en faire assurément l’un des morceaux emblématiques de l’album. D’une manière générale Martin Gore fait toujours sensation lorsqu’il imprime du rythme à ses compositions (Brink, Spiral, Crowly…). Et évidemment, on mettra en avant les pistes les plus « grand public » (Europa Hymn, Southerly) pour s’attirer quelques acheteurs de plus, c’est de bonne guerre. Attention quand même : malgré 16 morceaux, vous risquez de ne pas y trouver votre compte.

3 / 5

🎙 Le podcast Onlike donne la parole aux artistes et artisans qui font l'actualité de la musique en France et à l'international. Cliquez ici