Et si nous rachetions Twitter nous-mêmes ?
tweet this

Et si nous rachetions Twitter nous-mêmes ?

C’est l’idée (pas si folle) d’un collectif qui propose de se porter acquéreur du réseau social tant aimé de ses utilisateurs mais tant décevant pour ses investisseurs. Plutôt que de vendre Twitter au plus offrant, une action collective transformerait le réseau en une sorte de coopérative gérée par « le peuple ». Utopiste ? Sans doute. Mais la pétition tout juste lancée commence à faire parler d’elle dans les médias américains alors qu’elle n’atteint pas un nombre extraordinaire de signatures. Preuve qu’en-dehors de sa popularité, c’est surtout l’idée qui séduit…

Voici le texte de la pétition en Français :

Hé, Twitter! Te souviens-tu de nous? Tes usagers? Ouais, salut.

Alors, on a entendu dire que tu seras peut être vendu, ou du moins que certains de tes proches considèrent la possibilité. Ça nous affecte. On est pas certains comment, mais c’est garanti que ça nous affectera. T’es un outil si génial. Ton destin aidera à déterminer comment nous entrons en contact avec nos amis, restons branchés sur les événements d’actualité, et comment nous échangeons avec des étrangers. Il déterminera aussi ce qui arrivera avec toutes les données personnelles que nous t’avons confiées. Celui qui t’achètera nous achètera aussi, en quelque sorte.

Nous avons une idée, une proposition. Jack Dorsey, ton PDG, t’a récemment appelé « le réseau de nouvelles du peuple ». Et si tu étais vraiment au peuple ? À la place, pourquoi est-ce qu’on ne trouve pas une façon de t’acheter nous-même?

Wall Street croit que tu as échoué, parce que Wall Street ne t’aime que pour le cours de tes actions. Nous, nous croyons que tu es super. Nous t’aimons parce que tu amènes de bonnes choses dans nos vies, nos nouvelles, notre culture et nos relations. (Bon, parfois tu nous montres aussi des choses assez grossières, cruelles, et bizarres.) Nous aimerions conclure une affaire qui assurera que tu continues d’être super. Encore mieux, que les grandes choses que nous accomplissons ensemble soit ta véritable raison d’être, plutôt que de simplement nourrir le portefeuille d’un investisseur quelconque. Nous croyons qu’ensemble, nous pouvons construire une entreprise qui fonctionne, prospère, et innove de façon merveilleuse.

Mais en réalité, nous sommes déjà « toi ». C’est étrange de l’entendre, mais c’est vrai. Que serait Twitter sans nos gazouillis ? Nous sommes le produit que tu vends aux annonceurs. Mais nous sommes plus que des produits, nous sommes des gens. Nous voulons être entendus dans les systèmes qui façonnent nos vies et nos communautés. Nous voulons trouver des manières de créer de la valeur ensemble, et nous voulons que cette valeur renforce le bien commun que nous créons, plutôt que d’être vendue aux enchères sur Wall Street. Bâtissons un meilleur modèle d’affaires que celui qui vend nos regards aux annonceurs, et une structure de propriété supérieure à celle qui se satisfait de jouer sur les marchés boursiers démodés.

Ce serait bon pour nous, et ce serait bon pour vous. Vous êtes aussi le peuple. Ce « vous », c’est Twitter la société cotée en bourse, mais aussi les gens qui se soucient de Twitter et la connaissent le mieux : ses fondateurs, ses employés, et ses investisseurs qui se voient comme intendants de quelque chose d’impressionnant. Les gens qui aiment le plus Twitter l’aiment non pas pour ce qu’elles et ils peuvent en retirer en la vendant, mais pour ce que nous y créons tous, ensemble. Voilà les gens qui doivent s’unir maintenant, alors que Wall Street leur tourne le dos.

Un Twitter possédé par la communauté provoquerait de nouvelles sources de revenus, comme les usagers pourraient s’engager économiquement comme copropriétaires. Nous pourrions rouvrir les données de la plateforme afin d’inciter à l’innovation. Nous pourrions établir des règles plus transparentes et imputables en ce qui a trait à la gestion des cas d’abus. Nous ne pourrions plus être de simples usagers volages, nous serions investis dans sa pérennité et son succès. Le sens même de « succès » changerait, passant du cours des actions à l’expérience d’une communauté animée et solvable.

Voici la situation. Un groupe se forme qui désire organiser une coopérative pour rassembler les usagers Twitter dans l’espoir de pouvoir conclure une affaire. Une affaire juste, une affaire qui récompenserait de manière équitable les gens qui ont aidé à créer le Twitter que nous aimons. Nous espérons qu’ils travailleront avec nous. Et Twitter n’est qu’un début, une opportunité de manier notre intelligence et de nous rassembler autour d’un projet de copropriété d’une plateforme sociale majeure. Notre coopérative planifie d’amener l’idée de propriété collective ailleurs sur l’internet.

Nous les soussignés, faisons appel à Twitter afin qu’elle travaille avec nous et qu’elle partage le futur de la compagnie avec ceux qui aiment et compte sur elle le plus. Certains parmi nous qui sommes des actionnaires de TWTR nous engageons déjà à assigner nos droits de vote à cette cause, soit celle de bloquer un rachat d’entreprise, et réclamons une meilleure option.

Twitter, te rappelles-tu tes débuts? Personne ne croyait qu’une simple séquence de 140 caractères ne changerait quoi que ce soit, et regardes ce que nous avons accomplis depuis. Ensemble, nous allons faire quelque chose d’étonnant à nouveau. Faisons ceci.

Twitter, nous espérons que tu nous accompagnes dans cette aventure.

🎙 C'est nouveau et c'est beau : le podcast d'Onlike donne la parole aux artistes et artisans qui font l'actualité de la musique en France et à l'international. Cliquez ici