Twitter, agent infiltré du cinéma français

Twitter, agent infiltré du cinéma français

Nul besoin de récapituler l’importance des réseaux sociaux dans la communication des biens culturels. Promotion, échanges, avis, concours… Les services marketing s’en donnent à coeur joie, et pour certains tentent encore de comprendre comment cela fonctionne. L’industrie du cinéma a désormais ses petites habitudes, mais tout ne fait que commencer…

Cette année 2013 marque la consécration d’un réseau parmi tant d’autres, Twitter. L’espace d’échange instantané en 140 caractères est désormais une plateforme pleinement intégré dans la communication des groupes, mais peut être pas au niveau où on l’attendait pour le 7e art… Alors que l’on voit la multiplication des comptes dédiés aux films, tentative éphémère de communauté autour d’un sujet, ce sont bien les professionnels eux-mêmes qui arrivent en force sur le réseau. Avec des comptes personnels, qui nous emmènent au coeur de leur activité (dans la limite de leur envie de partager, évidemment).

Rien de révolutionnaire à l’horizon, me direz-vous. Et pourtant, si l’industrie du cinéma (français, du moins) n’appréhende pas toujours le web avec perspicacité, cette arrivée naturelle (ou pas) des professionnels sur Twitter va dans le sens d’une approche directe du secteur. Spectateurs, cinéphiles, blogueurs ou journalistes peuvent alors interagir directement avec eux. Un making-off viral ?

Des exemples très directs, entre tournages, promotions et réflexions pro :

La distributrice d’ARP Selection (qui dispose d’un compte également) partage les coulisses de ses sorties. Ici, l’interview de Michael Douglas à Deauville pour France 2. Et côté distribution, de plus en plus de gens font partager la vie de leurs films, à commencer par Gaumont, SND ou Mars Films.

Chez les producteurs, Marc Missonnier semble avoir découvert Twitter depuis que la convention collective sur le cinéma fait la une des journaux. Mais il est loin d’être le seul.

 

Evidemment, les attachés de presse n’entendent pas se laisser dépasser par l’outil, et commence à se créer leur propre espace, tout en essayant d’appréhender au mieux la nouveauté. Peut être moins présents, mais ce sera à terme un énorme avantage de pouvoir les retrouver en personne sur le réseau plutôt que loin, derrière leur e-mail ou téléphone.

 

Evidemment, dans ce monde où la promotion de chaque film bat son plein, les comptes officiels des sociétés sont légions. Avec chacun leur community manager, leur responsable marketing, etc… Mais de cette démocratisation du réseau social Twitter, même les non initiés y trouvent leur place, et deviennent de véritables leaders d’influences par nature. Du coup, plus de barrière entre ceux qui font le cinéma et le reste. Une petite innovation qui permet de mieux sentir le secteur, ces évolutions et les évènements (notamment festivals, succès ou non d’un film, etc…).

Plus d’excuses, aujourd’hui on peut vivre le cinéma en direct. Si on trouve les bons comptes à suivre !

Et pour mieux clôre le sujet, Allociné faisait un récap’ intéressant du cinéma français sur Twitter, à voir par ICI.

🎙 C'est nouveau et c'est beau : le podcast d'Onlike donne la parole aux artistes et artisans qui font l'actualité de la musique en France et à l'international. Cliquez ici