Chelsea Market, ce petit endroit de New-York que l'on aime.

Chelsea Market, ce petit endroit de New-York que l'on aime.

Il y a à Chelsea Market une prouesse qu’il convient de saluer d’entrée : celle de réussir à décoller l’étiquette « piège à touristes » que l’on pourrait rapidement lui attribuer si l’on ne s’y attarde pas. Car pourtant, ce serait facile d’en faire un raccourci : un marché couvert tout en longueur, des échoppes de souvenirs et des restaurants (façon de parler : des échoppes de restauration), le tout arpenté par des nuées de touristes (beaucoup de Français) tout au long de la journée. Plongeons-y un peu plus en détail…

Quand on y regarde de plus près, Chelsea Market est un lieu de passage pour le quotidien de beaucoup de New-Yorkais. D’abord parce que c’est juste là où se trouvent les bureaux de Google (et on les voit, les employés, y faire leur pause [petit-]déjeuner), ou parce que la maison de disque EMI ou la Major League de Baseball y ont aussi leurs quartiers. Tout cela se passe aux étages au-dessus, mais contribue au mélange des populations dans la journée. Après tout, rien n’interdit aux touristes de se perdre dans un ascenseur… 😉

Pour le côté hype, vous trouverez aux extrémités du marché deux endroits stratégiques : d’un côté Artists & Fleas, là où les créateurs de Brooklyn (et surtout de Williamsburg) exposent leurs productions (bijoux, vêtements, accessoires…) de l’autre Anthropologie (en Français dans le texte), grande boutique pour la maison avec « plein de trucs beaux et chers ». Vous voyez le genre.

Regardez bien, vous verrez Artists & Fleas à gauche, Anthropologie à droite.

Regardez bien ce plan, vous verrez Artists & Fleas à gauche, Anthropologie à droite.

Sans s’en rendre compte, il est facile de perdre du temps à Chelsea Market. Parce que ce long couloir est finalement agréable, parce qu’on peut fouiller dans les boutiques, discuter facilement avec les marchands (surtout au Artists & Fleas) et se restaurer à toute heure. Il y a cet incontournable rendez-vous des amateurs de homard (The Lobster Place), un très bon thaï pas cher, ou une évidente Sarahbeth’s Bakery (passable ; mais utile pour s’installer tôt le matin et observer la vie prendre sa place dans ce lieu si particulier).

Les New-Yorkais sont matinaux. Il faut l'être encore plus pour les observer.

Les New-Yorkais sont matinaux. Il faut l’être encore plus pour les observer.

Indéniablement, on se souvient de son passage au Chelsea Market. Au début, cela semble anecdotique. Mais justement, c’est ce petit côté spécial qui rend l’endroit si facilement mémorable. A la fois à tout le monde et à personne, aux touristes comme aux New-Yorkais.