Nokia E71

Nokia E71

Consacré « téléphone de l’année » par de nombreux sites, le Nokia E71 est effectivement un produit d’exception d’une qualité rare. Surtout si vous en avez marre du tactile. Petit aperçu de l’engin sur le site de la Fnac, qui met en avant sa connectivité :

Smartphone quadri-bande, EDGE, UMTS, HSDPA, écran 16 millions de couleurs, Bluetooth stéréo, WiFi (IEEE 802.11g), Infrarouge, GPS, appareil photo 3,2 Mégapixels, capture vidéo, lecteur MP3, vidéophonie, radio FM

Mémoire interne : 110 Mo, emplacement pour carte microSD (jusqu’à 8 Go)

by pujanshadlau  © Tous droits réservés

by pujanshadlau © Tous droits réservés

D’abord d’un point de vue externe, le design est réussi. Et pourtant, personnellement, je ne suis plus fan des Nokia depuis plusieurs années. Tantôt massifs, tantôt ressemblant à des jouets, souvent peu élégants, Nokia peut constater à quel point ils ont perdu des parts de marché au profit de Sony Ericsson, Samsung ou LG. Sans parler de l’iPhone ou des HTC. Non, le E71 est juste assez large, très fin, et haut. En fait il a quasiment les mêmes dimensions qu’un iPod touch 1ère génération.

Evidemment, l’écran est plus petit que ceux des nouveaux téléphones tactiles, mais la navigation reste agréable (surtout si vous avez un bon 3G/3G+ ou mieux, du Wi-Fi) notamment grâce à une fonction d’aperçu de page bien pratique. Notons que le E71possède un lecteur Flash intégré, ce qui lui permet de lire les sites (et bannières) utlisant cette technologie, ou simplement de lire des fichiers .swf contenus dans sa mémoire (et qui peuvent même être utilisés comme économiseurs d’écran).

mon Nokia E71 est en blanc

mon Nokia E71 est en blanc (et en AZERTY). by Andrew Currie © Tous droits réservés

Gros atout du téléphone : son clavier. Au premier abord il peut paraître déroutant et ne pas inspirer confiance, mais en réalité il est idéalement bombé pour éviter les erreurs de touches. Notez la barre d’espace, digne de ce nom, et l’accessibilité de certains symboles comme le « @ ».

Le logiciel interne sous Symbian est ultra complet. En vrac, il y a de quoi être un vrai professionnel mobile, pour lire les documents Office, les PDF, dézipper des archives, traduire, convertir, imprimer… on peut aussi s’amuser avec le synthétiseur vocal (ou avec les jeux, évidemment). Autre point intéressant : le moteur de recherche multiple. Il permet d’effectuer une requête en temps réel dans l’ensemble du téléphone (les contacts, les messages, les documents, les pages web, puis Google si aucun résultat d’ici là). Très pratique.

Parlons maintenant de la fonction « switch », très à la mode (je l’ai également sur mon nouveau Vaio) qui permet de passer d’un mode à l’autre, en l’occurrence du mode perso au mode pro pour le téléphone. L’avantage est que chaque mode possède son propre thème et son propre bureau, avec ses raccourcis et ses applications préférées. Pouvoir programmer automatiquement le passage d’un mode à l’autre aurait été le top.

Il faut également signaler rapidement la présence du GPS, fortement couplé à la solution Nokia Maps qui fonctionne par licences pour la navigation. En-dehors de cela, le positionnement et le repérage se fait parfaitement et suffit souvent pour se situer en tant que piéton (bien que l’on puisse aussi s’amuser à regarder sa vitesse dans la voiture ou le train…).

Au registre des regrets, la gestion des alarmes est moins poussée que sur un Sony-Ericsson par exemple : impossibilité de paramétrer un morceau de musique différent par alarme, c’est tout bête mais c’est pratique lorsque l’on utilise son téléphone comme réveil. D’autre part malheureusement, il manque une bonne gestion du push mail. La faute notamment à l’absence de protocole IMAP pour Gmail chez Bouygues, qui amène à utiliser l’application java pour la messagerie de Google, restant encore à perfectionner. Il n’empêche que le téléphone sait parfaitement récupérer et envoyer des messages, l’essentiel est parfaitement assuré.

Malgré ces quelques points négatifs, difficile de trouver vraiment à redire sur le Nokia E71. Il est complet, évolutif, performant bien que pas exceptionnellement rapide, élégant et d’une excellente finition. Un choix à ne pas regretter.

Points forts :

  • la connectivité complète
  • la qualité audio
  • le clavier
  • le « switch » d’un mode à l’autre
  • la gestion des contacts / l’agenda

Points faibles :

  • la lenteur de la synchronisation des mails
  • le fait d’avoir plein de réseaux à disposition (Wi-Fi, 3G, Edge…) nous ralentit parfois dans nos choix de connexion

Voilà pour le test du Nokia E71. Pour des détails, des questions, des infos supplémentaires, les commentaires sont possibles.

Lisez aussi : le test du Nokia E75.

5 / 5