Dinard Film Festival 2018 - Jours 4 & 5 + Palmarès

Dinard Film Festival 2018 – Jours 4 & 5 + Palmarès

Il est parfois difficile de tenir un certain rythme, en festival (peu importe le domaine culturel / artistique en question). Au début, tout va bien. On réussit à profiter et à travailler. Mais vers la fin, tout devient si intense qu’il y a un relâchement. Alors même si ce Journal de Bord combine les journées du Samedi 29 et du Dimanche 30, au lieu d’en faire deux distincts, il y contient toujours les mêmes éléments.

Le Samedi 29 démarra alors avec ma malédiction personnelle qui a failli frappé à nouveau. Celle où je ne réussis jamais à voir le film qui termine avec la couronne suprême. Sauf que, cette édition a opéré un miracle ! J’ai vu le film récompensé du titre ultime avant la cérémonie de remise de prix ! Alors que j’avais prévu d’aller voir l’autre film en compétition PIN CUSHION, j’ai décidé de changer au dernier moment et d’aller voir JELLYFISH, dont beaucoup parlait. Belle surprise et finalement héritant du Hitchcock d’Or.

La séance suivante fut l’une des plus éprouvante. Alors qu’elle est prévue pour 13h, me voilà arrivé une bonne vingtaine de minutes avant. Mais non, rien n’est joué d’avance. Il a donc fallu faire la queue pendant 45 minutes (heureusement, le beau temps était avec nous) et attendre que les places réservées à des partenaires et à l’organisation se remplissent. Enfin, sauf qu’elles ne se sont pas remplies avec les personnes initialement prévues. Merci l’organisation ! Finalement, participation à la séance réussie. Même s’il s’agit là d’une adaptation un peu fade et impersonnelle d’Agatha Christie.

Puis est venu le temps de la seconde séance d’interviews avec les équipes de films. Vous pourrez bienttôt retrouver des interviews de Liv Hill (actrice du récompensé JELLYFISH, elle-même récompensée pour son interprétation), et de Paul Popplewell (acteur secondaire dans le coup de coeur JOURNEYMAN). Enfin, la soirée cinématographique se termina par deux séances. Les deux derniers films vus lors de cette édition 2018 : la brillante comédie noire DEAD IN A WEEK, digne des frères Coen et des débuts de Sam Raimi. Suivi de FUNNY COW, une tragi-comédie assez sympathique mais qui manque cruellement de style esthétique.

La dernière soirée au Dinard Film Festival aurait été gâchée si elle ne s’était pas passée au concert de clôture avec Victoric Leroy, suivis d’un DJ. Jusqu’au bout de la nuit ! Enfin, pas tout à fait. Il fallait quand même se lever le lendemain matin pour une masterclass sans prise de tête, avant le grand départ. Une sympathique, bien que trop courte, masterclass sur la série britannique PEAKY BLINDERS. Effectuée par deux étudiants de l’école rennaise l’ESRA, cette masterclass a assez bien présentée la série, même si la présentation résonnait bien trop encore comme l’exposé qu’ils ont dû préparer pour l’école. Dommage de ne pas avoir creusé certaines idées analytiques, et de ne s’être penché que sur de la présentation.

 

Maintenant que le départ est acté, ainsi que les au revoir, il est temps de conclure avec le Palmarès de cette 29e édition du Dinard Film Festival :

HITCHCOCK D’OR pour JELLYFISH de James Gardner ;
Prix du Meilleur Scénario pour James Gardner & Simon Lord (JELLYFISH) ;
Prix exceptionnel d’interprétation pour Liv Hill (JELLYFISH) ;
Hitchcock du Public pour OLD BOYS de Toby MacDonald ;
Hitchcock de la Critique pour JELLYFISH de James Gardner ;
Hitchcock Shortcuts (meilleur court-métrage) pour BRIDGE de Lain Robertson ;
Mention Spéciale du court-métrage pour CABIN PRESSURE de Matthew Lee ;
Hitchcock du Public Shortcuts pour TWO STRANGERS MEET FIVE TIMES de Marcus Markou.

Allez, on se revoit bientôt pour de nouvelles aventures en festivals.
D’ici là, gavez-vous bien de films dans les salles obscures !

🍻 Envie de vous exprimer librement ? Onlike est une plateforme ouverte aux contributions. Pour en savoir plus, rendez-vous ici.