Dinard Film Festival 2018 - Jour 1

Dinard Film Festival 2018 – Jour 1

C’est parti !

14:05, me voilà bien arrivé à destination à Dinard. Le temps d’aller poser les affaires à l’hôtel (franchement bien situé à quelques pas d’une salle, merci aux concernés), il était ensuite temps d’entrer dans le vif du sujet et d’aller retirer l’accréditation.

14:45, les premières photos arrivent. Même pas une heure sur Dinard, je suis au taquet. Les photos c’est cool, ça intrigue les lecteur-rice-s.

15:00, au Palais des Arts et des Festivals, PAF pour les intimes du festival. Aller dire un grand bonjour, avec grand sourire à l’accueil. Plein de belles choses dans le sac, dis-donc. Le catalogue du festival, un petit carnet qui sera bien utile pour écrire les idées pour les critiques de films, le dossier de presse. Et surtout, l’essentiel : le planning spécial presse. Oui, quelques interviews sont prévues. Alors, restez au taquet.

16:00, mais pour l’instant, il est temps d’aller acheter un snack car après 7h de trajet en trains et bus, le déjeuner a été zappé (merci la SNCF de ne pas avoir approvisionné le wagon bar). Petite pause sur un banc, au soleil. Il faut dire que pour une première journée de festival, la météo est avec nous. Ciel tout bleu, grand soleil et un minimum de vent, et le Festival commence parfaitement son ambiance.

16:30, alors que beaucoup de festivaliers ont déjà commencé leur planning dès les premières séances de 10h, il est temps pour moi d’entrer dans le vif de ma mission principale : voir des films. Arrivé bien en avance pour la séance de 17h (avant-première de NOTHING LIKE A DAME), car il faut arriver bien en avance dans les files d’attente au Festival de Dinard, j’y suis resté un bon moment.

17:00, toujours dans la file d’attente pour le film prévu initialement à 17h. Suite à un problème technique sur le support du film, la projection a été fortement retardée. Travaillant pour un Festival, je connais bien ces soucis techniques. Ma gentillesse naturelle (alerte ego) me pousse à expliquer le fond du problème aux premiers râleurs qui ne peuvent pas entrer 20 minutes avant dans la salle pour juste attendre.

17:45, je ne suis pas quelqu’un de patient, je pars de la file d’attente. Toujours pas vu de film.

19:00, j’ai ma première séance, hourra ! Il s’agit du film en compétition THE HAPPY PRINCE de Rupert Everett. Vous pourrez lire, dans une critique, pourquoi je n’ai pas été très emballé par ce film. Bon, ce n’est que le début.

21:30, et puis de toute façon, je savais déjà que j’allais me faire un plaisir lors de cette première journée. Dans l’une des deux salles du PAF, le grand bonheur pour moi d’aller voir le tout premier épisode de la série DOWNTON ABBEY sur grand écran. Fan service absolu pour moi, retour 8 ans en arrière, mais sur grand écran et au premier rang.

23:00, l’heure de rentrer à l’hôtel. Cette première nuit à Dinard (en 2018) annonce toutes les suivantes. Elle sera courte, suivant l’écriture de critiques et de compte-rendus quotidiens, et précédant le réveil tôt pour réussir à choper une place aux premières projections de la matinée. Un festival de cinéma, c’est du sport.

00:10, rassurez-vous, tous mes compte-rendus ne seront pas rédigés qu’en fonction des horaires. Enfin, on verra bien.

Allez, à tantôt.
En attendant, savourez encore la bande-annonce du Festival.

🍻 Envie de vous exprimer librement ? Onlike est une plateforme ouverte aux contributions. Pour en savoir plus, rendez-vous ici.