Star Wars : le réveil de la force décrypté (100% spoilers)

Star Wars : le réveil de la force décrypté (100% spoilers)

Après 3 ans d’attente, de rumeurs & de coup de massue marketing, Disney a enfin livré son nouveau Star Wars. Les aventures de Luke, Leia et Han ont donc une vraie suite, et on vous le dit (sans spoilers) c’est un formidable film. Oui mais… Oui mais ça mérite quand même de détailler un peu ce que l’on y découvre. Comme un vrai cadeau de Noël, ce REVEIL DE LA FORCE relance la saga mythique sur de nouveaux rails, tout en rendant hommage aux précédents. Un tour de force où JJ Abrams s’efface devant la machine Disney, avec quelques questions donc…

UN DUO CENTRAL ATTACHANT

Une jeune adulte s’ennuyant au milieu du désert, rêvant des étoiles… Oui, la nouvelle héroïne Rey ressemble fortement à Luke. D’ailleurs sa relation à la Force (le réveil, c’est elle), son passé oublié, tout cela devrait jouer un rôle dans sa future relation à Luke. Ce dernier, ermite intergalactique, ne sera entrevu qu’à la toute fin, lorsque la jeune femme lui tend son sabre laser (retrouvé au fil de l’aventure). L’heure du retour pour le dernier Jedi, qui devrait avoir un rôle plus important dans la suite.

Pour revenir sur Rey, voilà une héroïne qui a du caractère, semblant s’adapter à toutes les situations (et ne s’étonnant jamais). D’où vient t-elle, où va t-elle ? Au final peu de réponses mais une étrange connexion à la saga… On ne saurait trop envisager une filiation plus ou moins directe à Luke.

starwars_rey

Autre « réveil », celui du soldat Finn, sans doute la vraie nouveauté ici, dans un film où finalement les deux côtés de la Force n’ont jamais été aussi perméables. Un soldat de l’ennemi passant à la Résistance, ok. Un peu benêt, très courageux, Finn réagit comme Rey avec instinct et sait accumuler maladroitement les problèmes (et y survivre). Il avance donc tête baissé, jamais avec réflexion… Là aussi le personnage est en mode automatique (comme Rey), semblant se découvrir de nouveaux dons à chaque séquence : on espère le voir se développer un peu plus, mais son côté comique fonctionne tout de suite. Et pour le coup, c’est un personnage vraiment inédit.

La relation entre les deux est claire dès le départ, il faudra voir s’ils restent unis par la suite ou non. Il y a de la romance dans l’air.

Kylo Ren est un autre morceau. Si l’allure du grand méchant (enfin l’assistant régional du méchant en chef) a de la classe, on est moins convaincu par Adam Driver une fois le casque enlevé. Fils d’Han et Leïa, c’est donc l’inverse de Luke, un adolescent rebelle qui a cédé au côté obscur. Avec ses doutes aussi, mais vers le mal. On ne sait trop s’il ne sera qu’un accessoire dans une plus grande histoire, ou finalement le pivot de cette nouvelle trilogie (avec son réveil vers le côté obscur, le basculement au milieu du film), fortement attachée à la notion de famille. Finalement Star Wars, c’est la dynastie Skywalker : à voir où elle nous mènera.

Allez, on précise que BB-8, la star du marketing Disney, passe plutôt bien. Le petit robot roulant fonctionne à plein, en version R2D2 multifonctions. Comme l’ensemble du film, il semble disposer d’un arsenal de possibilités qui lui fait passer chaque épreuve sans encombres. Presque trop facile.

DES SECONDS ROLES ÉCLIPSÉS

Soyons honnêtes, vu le nombre d’acteurs au générique, tous ne pouvaient prétendre à avoir leur quota de scènes. Pour autant, la déception vient de la quasi absence d’une majorité d’entre eux. Entre un Poe Dameron (pilote de la Résistance, tête brûlée et grande gueule) surtout vu de son cockpit, un capitaine Phasma qui n’aurait nullement nécessité une guest de luxe, Max von Sydow, Général Hux, nos deux robots favoris, Lupita Nyong’o en pirate de l’espace… Tout cela se réduit à peu de choses. On espère évidemment en recroiser certains par la suite.

On dit bonjour au passage à tous les potes de JJ Abrams qui ont réussi à s’incruster en toile de fond. Bravo les gars (on t’a vu, Greg Grunberg).

UN SCÉNARIO DÉJA VU (DANS UN STAR WARS)

LE REVEIL DE LA FORCE en quelques mots : une jeune contrebandière et un ex-soldat du nouvel empire du mal se retrouvent aux côtés de la Résistance (ex-Rebellion – ça change de nom comme un parti politique, on ne sait trop pourquoi…) et ses anciennes gloires pour arrêter une nouvelle arme de destruction massive qui ressemble à une Etoile de la mort, mais en plus gros : la Starkiller. De l’autre côté, Luke a pris congé, et est recherché comme le Messie par le Mal et le Bien. Alors oui, il y a ici de quoi se rappeler l’épisode IV, mais en plus pressé. Le film de JJ Abrams ne s’arrête pas une seconde, voulant offrir le maximum de séquences sur une trame scénaristique identique. On en ressort avec un sentiment de déjà-vu, mais aussi la volonté des auteurs de marquer le rattachement à la trilogie originelle. Bien joué, mais cet épisode d’ouverture n’offrant pas grand chose d’autre (oui, la grosse étoile est anéantie, quasiment sur le même schéma que dans le IV), on espère qu’il ne s’agissait que du démarrage d’une trilogie qui trouvera son propre chemin.

starwars7

DU NEUF AVEC DU VIEUX ? (ET LA MORT DE HAN SOLO, HOP)

JJ Abrams a bien révisé. Plan d’ouverture, transitions, une scène de bar avec un groupe de musique jazzy… Son film, hormis l’absence de logo de la Fox (évidemment), est un Star Wars. On y retrouve les mêmes ingrédients de fond, un peu trop parfois, mais il arrive également à proposer du neuf. Il faut avancer. Les héros d’antan sont fatigués, pas de soucis : les nouveaux prennent le relais. Le passage de témoin est au centre du film, matérialisé par ce sabre laser qui passe de mains en mains. Rey, Finn & Poe semblent destiner à prendre les commandes. On ne sait vraiment rien de ce nouvel Premier Ordre, qui devrait se développer dans la suite.

Le film ne prend pas beaucoup de risques. Comme on pouvait s’y attendre, le plus en danger est Han Solo. Mis en avant dans la promotion, et avec peu de scènes pour Leia et Luke, il en prend pour son grade. Toujours charmant, il ne survit pas à cet épisode, tué par son propre fils. On verra si l’idée de rédemption, qui avait sauvé Vador sur la fin, pourrait jouer pour Kylo Ren. La fin du film, s’ouvrant sur un retour de Luke, laisse supposer que l’affrontement autour de la Force ne fait que (re)commencer.

LE CHARME PERDU DE LA GALAXIE D’ANTAN

On défonce une porte ouverte : le marketing ultime autour du film ne lui a pas totalement nuit. D’un côté, le scénario est resté secret, et réserve donc quelques surprises. Ouf, tout le monde ne vous dévoilera pas l’intégralité de l’intrigue tout de suite.. Enfin si, on vient de le faire, mais on espère que vous avez déjà vu le film.

De l’autre côté, force (oups) est d’admettre que le charme de l’ensemble est déjà dépassé. Les personnages ne sont plus réellement nouveaux, certaines séquences ont été vues et revues dans les trailers, et le film semble fonctionner en mode automatique : on ne doute jamais de la réussite de nos héros. Sans perdre en efficacité, on en est donc à 50% de découverte et suspense ici. LE REVEIL DE LA FORCE porte un titre de circonstance : nous voilà sur le retour d’une saga qui ne devrait pas arrêter d’abreuver nos fils d’actualités pour les 5 prochaines années, au minimum. On espère de l’inédit pour les prochains films.

Côté fan fiction, on peut dresser la liste des choses qui devraient arriver dans les prochains films :

  • Luke revient mettre de l’ordre dans tout ça, sorte de Ben Kenobi bis mais sans trépasser stupidement au 2e film (si ?),
  • Les scénaristes arrêtent d’imaginer des étoiles de la mort, ce serait top,
  • Rey, nouvelle padawan de Luke ?
  • Kylo Ren continue sa relation conflictuelle avec le Nouvel Ordre, pour une opposition en interne qui serait bien intrigante,
  • Rey et Finn continuent de se croiser pour mieux rejouer les Han et Leia 2.0,
  • Des enjeux et rebondissements moins lisses !

Le vrai bilan après l’épisode 9 ?

🎙 Le podcast Onlike donne la parole aux artistes et artisans qui font l'actualité de la musique en France et à l'international. Cliquez ici