Fruitvale Station

Fruitvale Station

Cannes 2013 – Un Certain Regard

Le film démarre sur un écran noir et deux voix discutent, argumentent. Puis une vidéo amateur de mauvaise qualité, tournée avec un portable, nous emmène dans une station de métro, probablement Fruitvale. L’on y distingue des policiers et des jeunes, noirs. On entend un coup de feu. Cette scène d’ouverture nous expose le fait divers dont est inspiré le film mais aussi son contexte, un couple en crise.

Prix du public et Grand Prix du Jury au dernier festival de Sundance, ce premier film fait échos aux Bêtes du Sud Sauvage : même parcours (pour l’instant), même distributeur et petite fille craquante de 6 ans à peine.

Oscar, un jeune de 22 ans, croise des agents de police le 31 décembre 2009. Cette rencontre sera fatale. Fruitvale Station raconte les 24 heures précédant cette rencontre.

Après une ouverture très forte, on sait que quelque chose de grave va arriver. On patiente un certain temps avant cela mais cette attente nous conditionne et nous permet de découvrir les personnages dans de beaux plans. Là rien d’original,mais c’est bien fait. On s’attache à eux et on a envie que leur vie devienne meilleure. Malheureusement, le réalisateur ne creuse pas beaucoup le sujet du couple en crise et se contente de se focaliser sur Oscar et sa remise en question.

Une fois la première partie terminée, le réalisateur nous attrape par les tripes  nous montre son interprétation du fait divers. Un coup de poing parfaitement rythmé. Il conclut le film avec un magnifique plan : une pluie de larmes qui coulent de la douche mais qui couleront très vite sur les joues des femmes qu’Oscar laissent.

3 / 5