Wine Calling

Wine Calling

Comme la référence imprégnée dans son titre, clin d’oeil au LONDON CALLING des The Clash, WINE CALLING est conçu pour être une mélodie sur le vin. Mais avec un tel titre explicatif, on se demande bien combien seront les curieux non initiés au vin et au milieu qui l’entoure. Parce que Bruno Sauvard est tellement investi dans son sujet, qu’il explore son sujet par un éventail de regards et de possibilités. La narration de son documentaire se construit au fil des rencontres et des voyages, réussissant donc à faire des particularités (les différents travails, les différentes consommations, les différents rassemblements, etc) un tout très stimulant sur la variété du vin. Mais bien au-delà de parler de vin, WINE CALLING se sert de ces vins naturels pour parler de l’artisanat. Un message politique se cache derrière ce documentaire, où la rigueur et la passion d’un objet/d’un produit sont les moteurs d’une leçon de courage et d’humilité.

Un propos qui prend vraiment le pas sur tout le reste, qui s’empare de toute la construction du film. L’enchaînement des séquences n’est peut-être pas très subtile, mais le fil rouge (l’artisanat comme proposition du bonheur) permet de garder une cohérence dans le rythme. Une narration qui prend notamment le pas sur la forme, tant celle-ci ne fait qu’accompagner l’exploration du cinéaste dans sa recherche de l’artisanat. L’esthétique de WINE CALLING ressemble au best-of d’une visite de salons sur les vignobles. Sans transitions, le film passe d’un lieu à un autre sans avoir la moindre intention de créer une structure dans la forme. Chaque cadre ressemble à une documentation, à un assemblement de témoignages qui explorent platement des faits et des paroles. Assez pénible à regarder car sans aucune idée de comment filmer l’artisanat, WINE CALLING enchaîne les séquences explicatives, plutôt que de se concentrer à faire vivre l’artisanat. Telle une éternelle présentation (comme lorsqu’on on enchaîne les stands dans une foire exposition), malgré quelques beaux rares moments en gros plan qui saisissent la beauté et le plaisir du geste.

Même si la forme est bien trop sage, WINE CALLING contient une mémorable bande originale. Avec une musique ennivrante, entre électro – rock et pop, le documentaire fait ressentir une ambiance absente des cadres. Grâce à la musique additionnelle, le film projette l’enthousiasme de la passion artisanale. Au-delà du propos politique, la musique fait l’éloge du geste et crée un élan de conviction. WINE CALLING arrive tout de même à aspirer un sentiment d’espoir et un sentiment de réussite, alors que l’horreur du hors-champ (où se trouve la culture avec produits chimiques) est souvent suggéré. De plus, la bande originale arrive à créer un lien : celui qui unit toutes les personnes filmées dans ce documentaire. Même si la forme donne l’impression d’un best-of d’une longue visite, la musique de WINE CALLING crée l’idéal d’un monde meilleur à travers la parole et l’action de personnes convaincues et passionnées.

WINE CALLING
Réalisé par Bruno Sauvard
Documentaire
France / 1h29 / 17 Octobre 2018

2.5 / 5

🍻 Envie de vous exprimer librement ? Onlike est une plateforme ouverte aux contributions. Pour en savoir plus, rendez-vous ici.