Tron

Tron

Le Temps se montre parfois impitoyable envers les productions qui font des choix visuels courageux. C’est malheureusement le cas de Tron, film (culte pour certains) de 1982, qui subit les ravages du progrès. Au XXIe siècle, regarder Tron devient injustement et tristement risible.

L’homme contre la machine, éternel combat pour lequel le film prend dès le départ un postulat fort : les programmes informatiques sont des sortes d’êtres (d’apparence humaine) évoluant dans un univers électronique de grande complexité. Hum hum. Cette « grande complexité » se traduit au cinéma du début des années 80 par d’horribles décors vastes et épurés, foisonnant de pixels. Nous sommes dans les balbutiements des jeux vidéos, Pong a moins de 10 ans et c’est Pac-Man qui règne en maître. D’ailleurs, petit clin d’oeil, on aperçoit justement une partie de Pac-Man sur l’écran de contrôle du méchant Sark, vers la moitié du film.

L’ennemi, c’est le MCP (ou Maître Control Principal), programme informatique ambitieux qui règne sur le système de la société NCOM. Flynn (interprété par Jeff Bridges), ancien employé de cette société, aimerait récupérer des informations prouvant qu’il est l’auteur de plusieurs jeux vidéos à succès qui lui ont été volés par un collègue (Dillinger) devenu PDG de NCOM. Aidé par Alan et Lora (toujours employés de NCOM), Flynn s’introduit dans son ancienne entreprise mais se retrouve transmuté en programme, à l’intérieur du système informatique dirigé par le MCP. Il va devoir survivre et s’en échapper.

Sur le scénario, il n’y a pas vraiment de reproche à faire. Ce qui peut paraître classique aujourd’hui était novateur à l’époque. Seul l’univers visuel dessert donc Tron. Mais quel handicap de nos jours ! Cela fait presque mal aux yeux, le déroulement de l’histoire en devient long, bref les graphismes plombent complètement le film. C’est donc un pari osé d’en faire un remake en 2010 (Tron 2 ou Tron: Legacy), qui reprend justement cet univers visuel particulier. Le public dépassera-t-il simplement les fans de rétro-gaming ?

2 / 5

🎙 C'est nouveau et c'est beau : le podcast d'Onlike donne la parole aux artistes et artisans qui font l'actualité de la musique en France et à l'international. Cliquez ici