Target

Target

Noble artisan de l’entertainment américain, McG avait su faire illusion le temps d’un long métrage (DRÔLES DE DAMES), et de quelques productions télévisées. Force est de constater qu’il s’est depuis largement ramolli, et ce ne sont pas les piètres tentatives de deux Don Juan entourant Reese Whiterspoon qui le rehausseront bien haut…

TARGET (titre français, on nous explique le principe de traduire un titre anglais en anglais?), ce sont deux agents secrets qui vont passer de meilleurs amis à ennemis pour se disputer la blonde au milieu. Bon, rien d’innovant ni de vraiment excitant si ce n’est la plastique irréprochable des acteurs. Dans ce monde bien fait, McG ne semble pas faire beaucoup d’efforts, se contentant du minimum vital en terme de mise en scène. Certes c’est joli, mais relativement dénué de tout humanité. La séquence d’ouverture n’excite pas, le générique est déjà oublié à la première séquence, et la suite souffre de gros trous scénaristiques et d’une absence totale d’empathie pour ce qu’il se passe devant la caméra.

Loin d’être un monument, TARGET comblera les trous télévisuels du dimanche soir sans grande envie, et ne suscite que peu d’intérêt sauf pour quelques secondes d’action largement dépassée par ses congénères filmés. Si ce n’était l’accent et la gueule d’un Tom Hardy rarement vu en comédie, on passerait notre chemin rapidement.

1.5 / 5