Situation amoureuse : c'est compliqué

Situation amoureuse : c’est compliqué

Ce premier film pour Manu Payet derrière la caméra sent bon l’amitié. On y retrouve ses potes de Radiostars, son réalisateur Romain Lévy (acteur et co-scénariste ici), son chef-cadreur Rodolphe Lauga (devenu co-réalisateur ici) et sa compagne à la ville, Anaïs Demoustier.

Ben est à quelques jours de son mariage avec Juliette, quand il apprend que Vanessa, la fille dont il était fou amoureux au collège, est de retour à Paris.

Auréolé du Grand Prix du Festival de l’Alpe d’Huez, le film est plein de bonnes intentions et de bonnes idées. Alors que j’avais adoré Radiostars, j’attendais cette nouvelle collaboration entre Manu Payet et Romain Lévy avec beaucoup d’impatience. Malheureusement j’en sors un peu déçue. Il manque au film un petit je-ne-sais-quoi pour vraiment nous faire rire. On sent l’influence d’une forme très moderne de comédies américaines (dont Judd Apatow est le chef de file), mais le film reste timide.

Anaïs Demoustier est vraiment formidable dans la comédie. Déjà dans Quai d’Orsay, on pouvait entrevoir ses talents. Là elle confirme l’essai. Sa fraîcheur et une sorte de désinvolture assumée nous donnent envie de la revoir au plus vite dans ce registre. L’autre acteur bluffant du film est Jean-François Cayrey. Issu du Jamel Comedy Club, il joue son premier rôle important. Il apporte au film une nostalgie et une vrai gentillesse. A l’instar d’autres comédies pessimistes, Situation amoureuse présente des personnages, maladroits certes, mais terriblement attachants. C’est une vraie comédie sentimentale, vraiment feel-good, qui a toutes les qualités pour plaire et toucher.

Manu Payet réalisateur, était-ce bien nécessaire ? On n’est pas convaincu. En revanche, on a hâte de le revoir jouer et écrire : ses personnages sont beaux, sympathiques mais pas débiles. Les souvenirs qu’il propage dans son film résonnent en nous, trentenaires. Agréable et prometteur.

2.5 / 5