Séjour dans les Monts Fuchun

Séjour dans les Monts Fuchun

Le premier long-métrage de Xiaogang Gu a quelque chose de Weerasethakul et de Bi Gan. Mais surtout, son film est une somptueuse et envoûtante fresque, digne des plus belles peintures Shanshui, où les paysages sont au cœur des images. Possiblement déroutant, mais définitivement passionnant.

Le premier long-métrage de Xiaogang Gu est également le premier volet d’une future trilogie. SÉJOUR DANS LES MONTS FUCHUN est déjà très évocateur dans son synopsis et avec sa durée : il est question du destin d’une famille sur plusieurs mois, en même temps que les saisons s’alternent. Expérience cinématographique particulière, qui pertubera plus d’une personne, le film est une grande fresque contemplative. L’expérience est assez similaire aux propositions esthétiques des cinéastes Apichatpong Weerasethakul et Bi Gan, où le paysage est un personnage à part entière, entourant et dominant constamment les corps qui le traversent. Il est nécessaire d’être un minimum réceptif-ve aux films contemplatifs, qui se concentrent davantage à montrer qu’à raconter, à créer des images plutôt qu’un récit compacté. Tout comme les paysages au fil des saisons, les arcs narratifs constituant les destins des personnages s’étirent. Mais en portant aussi haut les espaces dans les images, le film se présente dès son début comme une fresque envoûtante.

Xiaogang Gu dilate le temps, le construit comme une entité ambiguë et surtout abstraite. Peu importe l’évolution de la nature au fil des saisons, le rythme suit les mouvements et les décisions des personnages. Mais jamais de brutalité, tout est absolument transparent et très doux, pour que le maintien d’un même rythme permette au cinéaste de construire plusieurs ambiances et tons différents selon les scènes, selon les personnages. Le montage prend le temps de nous offrir les nouvelles scènes et les nouvelles images, nous donne la possibilité de s’imprégner d’elles et de les recevoir pour mieux les investir. Xiaogang Gu se focalise énormément sur les paysages, il est donc normal de réussir à se saisir pleinement de ce qu’ils ont à offrir dans la contemplation. Celle où les liens entre les personnages se construisent et se défont. Beaucoup plus filmé en extérieurs pour au mieux travailler la profondeur, c’est une vie invisible qui se déroule dans la plus grande discrétion. Même les protagonistes semblent être discrets, car leur destin est presque anecdotique, n’ayant rien hors-du-commun ; c’est ainsi que les images connectent les paysages communs et universels avec ces personnages.

Pour parvenir à une si belle, envoûtante et fascinante connexion entre la nature et les personnages, Xiaogang Gu utilise beaucoup de plans larges où nous sommes invités à scruter le moindre mouvement, la moindre part de vie dans chaque image. Il y a évidemment des plans plus serrés, plus intimes, surtout dans les intérieurs, mais cela ne fait que participer à l’inévitable besoin de faire évoluer la narration des personnages. SÉJOUR DANS LES MONTS FUCHUN se dote également de somptueux travellings, confondant ainsi la découverte des paysages avec les mouvements des personnages. Des travellings doux, parfois temporisants, qui mettent en relief et en lumière l’existence des personnages. Les travellings, dans les plans larges, sont comme des accolades, une attention passionnée du cinéaste envers ses personnages pour leur offrir à bras ouverts les espaces dans lesquels ils traversent.

Le film de Xiaogang Gu est comme une peinture Shanshui, comme le mentionne un personnage professeur dans le film. Par ses aspects très pictaraux et littéraire dans ses images et ses travellings, le film montre aussi beaucoup les cours d’eau, la nature (ici énormément de plans sur des arbres) et les montagnes. Contrairement à la peinture Shanshui, le cinéaste sait qu’il ne peut pas regrouper tous les éléments dans de mêmes plans. Il les connecte donc au montage, les disperse et les fait dialoguer grâce aux mouvements et aux destins des personnages. Il faut également préciser que la peinture Shanshui se concentre sur la nature, sans jamais montrer de paysage urbain. Xiaogang Gu ne montre le paysage urbain que quelques fois, dans un horizon presque inatteignable. Ce qui est à portée de mains, à portée de corps, mais avant tout à portée des oreilles, sont les sons de l’environnement. Avec toute cette contemplation envoûtante et ces plans larges, Xiaogang Gu prouve l’importance du son au Cinéma : il place la parole (presque) au même niveau sonore que les bruits d’ambiance, nous offrant là des atmosphères et des environnements magiques.

Même dans la photographie, SÉJOUR DANS LES MONTS FUCHUN est digne des plus belles œuvres impressionnistes. Grâce au changement des saisons, au rythme paisible et envoûtant de sa fresque, le cinéaste crée des variations esthétiques fortes et passionnantes. Avec une composition très ouverte sur la pluralité des couleurs et sur l’immensité des espaces, la photographie prend aussi soin de marquer nettement la mobilité de la lumière et des espaces. Mobilité des espaces ? Oui, car les plans larges de Xiaogang Gu permettent de ne tracer aucune frontière, aucune limite aux paysages qu’il filme. Ainsi, la photographie qui entoure les personnages et qui constitue les espaces semble vouloir capter des sensations instantanées et éphémères. Une belle manière de projeter les émotions et le destin des personnages dans les paysages. Et un film qui réussit complètement à connecter les personnages avec les espaces, jusqu’à mettre en scène l’influence de ceux-ci, ne peut qu’être une somptueuse et envoûtante fresque.


SÉJOUR DANS LES MONTS FUCHUN
Réalisation, Scénario Xiaogang Gu
Casting Qian Youfa, Wang Fengjuan, Zhang Renliang, Zhang Guoying, Sun Zhangjian, Sun Zhangwei
Pays Chine
Distribution ARP Sélection
Durée 2h34
Sortie 1er Janvier 2020

🎙 Le podcast Onlike donne la parole aux artistes et artisans qui font l'actualité de la musique en France et à l'international. Cliquez ici