Reservoir Dogs

Reservoir Dogs

Le premier film de Quentin Tarantino montre son indéniable talent d’écriture pour des dialogues savoureux, mais possède également des défauts.

Reservoir Dogs, c’est l’histoire du braquage d’un diamantaire qui tourne mal. Pourtant tout était bien préparé : une équipe de professionnels, recrutée par des habitués de ce genre de coup, et plein de précautions (on ne donne jamais son vrai nom mais on s’appelle par des pseudos). Malgré toute cette prudence, la police sera au rendez-vous et nos braqueurs vont subir de lourdes pertes. Que s’est-il passé ?

La réalisation de Reservoir Dogs est l’élément principal à étudier. On ne voit quasiment rien du braquage, juste quelques scènes furtives. On a par contre « l’avant » (une dernière révision tous ensemble de l’opération) et surtout « l’après » : quand nos bandits sont supposés se retrouver dans un entrepôt pour célébrer la mission. Certains y arriveront (pas forcément en bon état), d’autres non. C’est là que les questions vont commencer à se poser, que les doutes vont apparaître pour tenter d’expliquer l’échec du braquage. Et s’il y avait une taupe? Et si un policier les avait infiltré? Et si l’un d’eux essayait de les doubler?

C’est donc dans une ambiance de huis clos que se déroule le film, et l’exercice est périlleux. Les défauts du film se font peu à peu sentir : alors que les dialogues sont d’abord un régal, ils mettent finalement à jour le manque d’action de Reservoir Dogs. Ce ne sont finalement que quelques scènes rapides et intenses en violence qui nous sortent du rythme assez calme du film. Et puis il y a évidemment la musique, un bonheur pour les oreilles.

3 / 5

🎙 C'est nouveau et c'est beau : le podcast d'Onlike donne la parole aux artistes et artisans qui font l'actualité de la musique en France et à l'international. Cliquez ici