Quand on a 17 ans, une histoire de désir signée André Téchiné

Quand on a 17 ans, une histoire de désir signée André Téchiné

Infatiguable artisan du cinéma français, André Téchiné passe les époques sans s’arrêter. Actif depuis une cinquantaine d’années, son dernier film QUAND ON A 17 ANS offre un regard éveillé d’une relation moderne entre deux adolescents, et le regard de leurs parents. Parmi ces derniers, Sandrine Kiberlain rayonne comme jamais, aussi émouvante que radieuse.

Lorsqu’on est en pleine âge de l’éveil des sens, comment faire confiance à ses désirs ? Damien et Tom se regardent, se bagarrent, s’attirent. Le spectateur connaît l’issue, observe leur danse à deux et avec le monde environnant. Inscrivant cette histoire de désir (dixit le cinéaste) dans un contexte, Téchiné créé des mouvements intérieurs (entre les héros) et extérieurs (les saisons qui passent, les personnages secondaires, les échéances des héros…) pour mieux dynamiser son scénario. Intention qui fonctionne, QUAND ON A 17 ANS n’arrête pas de chercher à avancer, autour de ce portrait sensible de deux êtres en devenir.

Mais c’est peut être aussi la faiblesse du film qui, s’il lance beaucoup d’idées, en perd peut être le coeur de son récit. La toile de fond prend de l’importance, les petites histoires occupent de l’espace, laissant à certains moments le duo principal un peu oublié. Difficile de ne pas voir en Kiberlain un vrai contrepoids (très convaincant face à deux jeunes espoirs formidables, Corentin Fila et Kacey Mottet Klein) dans cette histoire de sentiments, de sensibilité, formant un vrai trio avec chacun leurs forces et faiblesses. C’est le vrai atout du film.

3.5 / 5

🎙 C'est nouveau et c'est beau : le podcast d'Onlike donne la parole aux artistes et artisans qui font l'actualité de la musique en France et à l'international. Cliquez ici