Only God Forgives

Only God Forgives

Cannes 2013 – Sélection Officielle

Retour de Nicolas Winding Refn après DRIVE qui prend les mêmes pour refaire… un autre film. Autre décor, même acteur. Si ONLY GOD FORGIVES se veut très loin de DRIVE, il n’y est pas pour autant étranger. La faute à l’ambiance, au rythme et à un Ryan Gosling pas si présent.

Avec ONLY GOD FORGIVES, Refn doit assumer le succès de son précédent film, pourtant après une filmographie déjà assez complète. Si le cadre est différent, nous ne sommes pas loin des thématiques et des personnages énigmatiques du cinéaste. Clairement, ce nouveau film est une réaction noire et dévastatrice au précédent, un pendant sombre du chauffeur au dragon argenté. Malheureusement, si nombre de qualités visuelles et esthétiques sont au rendez-vous, difficile d’y retrouver un semblant de réussite à la DRIVE.

Sans renier les idées de son réalisateur, ce ONLY GOD FORGIVES ne donne qu’un rôle de spectateur à un Gosling au second plan tout au long du récit. Passif dans l’ensemble, le film reste hypnotique et contemplatif, suggérant plus qu’il ne montre. Pur exercice de style qui veut montrer l’opposé du précédent,  voilà un film qui ne restera pas dans les annales et qui, en démontrant de grandes qualités de cinéma, n’accrochera pas le public dans son ensemble.

2.5 / 5

🎙 Le podcast Onlike donne la parole aux artistes et artisans qui font l'actualité de la musique en France et à l'international. Cliquez ici