Le silence des autres

Le silence des autres

Produit par Pedro Almodovar, ce documentaire espagnol de Robert Bahar et Almudena Carracedo suit le combat de plusieurs personnes qui sont victimes des assassinats perpétués sous le régime du dictateur Franco. Que ce soit dans la perte d’un parent (ou deux), d’un enfant, d’un frère ou une sœur, etc… Sauf que le gouvernement espagnol a voté en 1977 une loi d’amnistie, et cela ne permet pas à ces victimes de porter plainte ou de récupérer les cadavres de leur(s) proche(s). Le documentaire retrace tout le voyage intime et la lutte pour réussir à gagner quelques batailles contre les gouvernements espagnols successifs. Les deux cinéastes suivent, accompagnent et obtiennent les témoignages de plusieurs personnes reliées par le même passé douloureux et par la même envie de lutter. Sans complaisance, ni dogmatisme, ni raccourcis et sans verser dans l’émotion facile, LE SILENCE DES AUTRES est un documentaire qui construit son rythme selon celui de la lutte. Il rend aussi bien compte des joies et des peines, il n’hésite pas à montrer la cruauté et à trouver des moments plus personnels. Là où le documentaire réussit à être le plus fort, c’est dans sa volonté de rester aux côtés de ces personnes victimes. Jamais le documentaire ne franchit la barrière et ne va regarder l’autre côté. Le film n’est pas une arme, il ne se fait pas juge, il laisse la cruauté au hors-champ et libère la parole, voire la redonne.

Il y a des fleurs sur le bord d’une autoroute, il y a une fouille qui prend des semaines, il y a des mains sur les visages baissés, il y a des lèvres qui tremblent lors d’une prise de parole. Mais il y a aussi le soutien du collectif, il y a la certitude de faire une lutte juste, il y a la joie d’avoir trouvé une alliée (la juge argentine) et il y a l’espoir qui flotte. Si LE SILENCE DES AUTRES est aussi fort, touchant et bouleversant, c’est parce qu’il trouve plusieurs voix pour n’en faire qu’une seule. Ce documentaire n’est pas une arme, mais il cherche la vérité, et devient le symbole de toute une communauté qui se bat. En unifiant les paroles, en réussissant à capter des regards caméra remplis de douleurs et de tristesse, Robert Bahar et Almudena Carracedo nous livrent une oeuvre nécessaire et pleinement humaine. Ainsi, sans jamais passer du côté de la barrière, les deux cinéastes suivent la conviction humaine de la situation. D’espace en espace, de personnes en personnes, LE SILENCE DES AUTRES reconstitue et creuse l’Histoire, tout en prenant le chemin qui essaie de rendre la justice pour faire face à cette Histoire. D’espace en espace, la recherche de la vérité et de l’humanité permet au montage de créer la balance exacte entre l’intimité et les faits. Un regard qui se constitue comme une percée dans ce qui est passé sous silence.

Robert Bahar et Almudena Carracedo n’ont pourtant pas l’intention de créer un style esthétique particulier, ou d’illuminer l’injustice historique, comme pouvait le faire Joshua Oppenheimer. Ils traitent leur sujet avec frontalité et sur le vif. Ils cherchent à créer un mouvement de rage et d’espoir à la fois, et sont donc à la recherche du sujet et non de l’image. L’ambiance n’est pas faite par l’esthétique de chaque plan, mais par la parole et ce qu’elle engendre dans le montage. Ainsi, LE SILENCE DES AUTRES devient une histoire universelle et collective, et ne se contente pas de mettre en lumière des intimités distinctes. Ce que montrent les deux cinéastes est plus vaste que la dichotomie intimité / faits. Il s’agit d’une affaire de générations qui se succèdent, l’affaire de tout un pays, de célébrer une certaine résistance au fameux « oublier et pardonner ». Grâce à l’unité de la parole, le documentaire montre que la lutte continue. Avec ses ellipses et ses sauts d’espace en espace, LE SILENCE DES AUTRES prouve qu’il n’y a pas de limite géographique à la lutte, que sa seule définition se tient par la multitude des paroles. Avec la rigueur de chaque élément historique et sa force de conviction dans la mise en scène, le documentaire fait le constat d’une époque, et donne les frissons d’une lutte humaine mais douloureuse.


LE SILENCE DES AUTRES (The silence of the others)
Réalisé par Robert Bahar, Almuneda Carracedo
Écrit par Ricardo Acosta, Robert Bahar, Almuneda Carracedo, Kim Roberts

Espagne, États-Unis, France, Canada
1h36
13 Février 2019

4.5 / 5

🎙 C'est nouveau et c'est beau : le podcast d'Onlike donne la parole aux artistes et artisans qui font l'actualité de la musique en France et à l'international. Cliquez ici