Jurassic World 2 : la fin d'un monde (et un néant scénaristique)

Jurassic World 2 : la fin d'un monde (et un néant scénaristique)

Jurassic World 2 Fallen Kingdom

FALLEN KINGDOM : le titre est provocateur pour ce deuxième opus de JURASSIC WORLD, reboot déguisé d’une franchise qui aurait pu s’arrêter avec excellence dans les 90′. Mais non, Hollywood en a disposé autrement, et confié la tâche à un brillant auteur (Juan Antonio Bayona) qui s’efforce d’offrir un minimum de cadre à un néant scénaristique total. Lâchez les dinos.

Dans JURASSIC WORLD 2, nos héros veulent sauver (sans trop d’idées) les dinosaures laissés sur l’île, qu’une éruption volcanique menace. Catastrophe sur catastrophe, ils découvrent que leurs bonnes intentions accompagnent la vente des animaux à des marchants d’armes, alors qu’un héritier d’Hammond (flashback) organise dans l’ombre sa richesse personnelle sur le dos des raptors. Ce qui n’a ni queue ni sens, les personnages étant plus stupides les uns que les autres, les rebondissements sans surprise ni âme, et l’intérêt global descend rapidement à 0, en dehors d’une réalisation inspirée (pour l’exercice) d’un Bayona désireux de nous faire un peu peur. En dehors de sa plastique, JURASSIC WORLD est donc bel et bien un naufrage, mais dont se sort tout le monde : un troisième volet « teasé » ici arrivera dans quelques temps…

Au milieu de cette catastrophe cinématographique, JURASSIC WORLD 2 parvient comme son prédécesseur a incarné la chute d’Hollywood comme jamais. Parfait miroir des angoisses & des dérives du système, après l’implosion de l’écosystème à cause de manigance génétique et économique (cloner comme jamais pour récupérer du chiffre d’affaires), FALLEN KINGDOM vient enfoncer le tout avec un discours méta moins complet mais tout aussi pertinent. Revenu dans le vrai monde, nos héros ne savent plus, ne gèrent plus. Des forces supérieurs (les grandes firmes) ont pris le contrôle, détournent le tout à d’autres fins. Le royaume tombé, c’est bien Hollywood tel qu’on le connaît depuis 40 ans. Le néant au milieu, c’est notre incapacité à retrouver de belles histoires. Reste à voir ce qu’il restera à illustrer pour le 3e volet.

2 / 5

🍻 Envie de vous exprimer librement ? Onlike est une plateforme ouverte aux contributions. Pour en savoir plus, rendez-vous ici.