Juliette

Juliette

Il y a de jolis films malheureusement coincés dans les recoins du cinéma français. Si JULIETTE a de multiples qualités, et de belles idées, c’est essentiellement au service d’une histoire parisienne et bourgeoise dont on se lasse rapidement.

Elle est jolie, Juliette. Un peu exaspérante, un peu fainéante, mais passons. Les déboires d’une jeune femme vivant dans un appartement payé par papa, et dont les seules vicissitudes au quotidien sont quelques peines de coeur et une pseudo-crise existentielle portée par l’envie d’écrire sans y arriver, l’ensemble porte peu… Pour autant, dans cet ensemble aseptisé, renforcé par le drame d’un père hospitalisé, on s’intéresse à ce cas de jeunisme moderne, entre envie de gloire et absence de réels désirs, ou d’ambitions. Ce qui, pour le coup, nous accroche un peu plus.

Joliment mis en images, JULIETTE est à l’image de son héroïne un film assez agaçant, ne pouvant s’empêcher de reprendre une certaine image bourgeoise du cinéma français, tout en proposant un voyage avec quelques jolies idées.

2.5 / 5
À lire aussi ⬇️

Devenez contributeurs/rices. 👊

Rejoignez un magazine libre et respecté. Depuis 2004, Onlike recense pas moins de 47 contributeurs indépendants dans ses colonnes, comme Teddy DEVISME et son article du moment Coffret vidéo : Hammer 1970-1976, Sex & Blood.

en savoir plus
NEXT ⬇️ show must go on