Insaisissables

Insaisissables

Louis Leterrier, réalisateur venu de l’écurie Besson, continue son périple à Hollywood, à la suite d’un Incroyable Hulk et du décevant Choc des Titans. Après près de deux mois d’exploitation en Amérique et plus 140 millions d’euros de recettes, il nous offre enfin son spectaculaire tour de magie.

Quatre magiciens venus d’univers divers horizons sont réunis par un magicien mystérieux. Ils montent ensemble et sous le nom « Les Quatre cavaliers » un tour extraordinaire : ils vont dévaliser une banque à l’autre bout du Monde. Deux agents, du FBI et d’Interpol, mènent l’enquête, d’autant que ce tour de force ne devrait pas être le seul.

Le film se déroule de deux façons. D’abord, on assiste à un vrai spectacle de magie, avec des tours à couper le souffle dont, heureusement pour notre âme d’enfant, on ne nous révèle pas tant les trucs et astuces. En même temps, on suit une enquête policière puisqu’il s’agit aussi d’un vol. Les images sont belles, le rythme fonctionne très bien. L’ennui ne pointe pas le bout de son nez, la magie opère.

Les acteurs sont plutôt bons, Jesse Eisenberg et Woody Harrelson en tête. Mais Mélanie Laurent déçoit beaucoup. Elle joue souvent faux et énerve. C’est le gros défaut du film. Le scénario, habile, ne laisse rien deviner. En tout cas, je n’ai rien vu venir du dénouement final.

De facture honnête, Insaisissables offre aux amoureux de la magie et aux enfants dans l’âme un show comme à Las Vegas, pas nécessairement du meilleur goût mais qui en met plein la vue.

3 / 5

🎙 Le podcast Onlike donne la parole aux artistes et artisans qui font l'actualité de la musique en France et à l'international. Cliquez ici