Hôtel Transylvanie 3 : des vacances monstrueuses (qui ont les crocs)

Hôtel Transylvanie 3 : des vacances monstrueuses (qui ont les crocs)

Il y a des films d’animation catégorisés comme films d’auteur, pour lesquels il faut donc être plus exigent dans la critique. Il y a d’autres films d’animation, qui sont davantage axés tout public, qui sont davantage dans le divertissement. La saga HÔTEL TRANSYLVANIE est dans cette seconde catégorie. Il ne faut pas oublier que cette saga est avant tout faite pour les enfants. La portée du message social dans HÔTEL TRANSYLVANIE 3 n’est peut-être pas très fluide, mais on ne peut pas lui en vouloir. Un message à propos de tolérance, d’amour, d’acceptation et de vivre ensemble. Mais au final, il faut comprendre que HÔTEL TRANSYLVANIE 3 est une bonne dose de fun, un agréable moment de relâche où le spectateur s’évade.

Bien que le film soit un slapstick movie (film où la comédie passe beaucoup par le physique, où les personnages trébuchent, tombent sur les fesses, se cognent – et où tout ceci passe avant les dialogues), ce n’est pas un soucis. Ce que permet HÔTEL TRANSYLVANIE 3 au milieu de l’été, est une belle échappée joyeuse. L’avantage de ce troisième opus est le changement esthétique. Grâce à la croisière et au récit qui se déroule en grande majorité sur la mer, Genndy Tartakovsky apporte de nouvelles couleurs à la saga et à ses personnages. Ainsi, là où les deux premiers films étaient bons dans la rupture entre ambiance et ton comique, le troisième mélange les deux. Toutefois, les éléments horrifiques qui caractérisent les personnages refont surface à de nombreuses reprises, comme si le film ironisait sur sa propre situation de croisière, pour en faire un voyage imaginaire au coeur de l’horreur.

La séquence finale (concernant la destination finale de la croisière) révèle bien l’intention esthétique. Quand des monstres dansent sur du dance-pop (on ne citera pas la musique précise, car la scène faut véritablement le coup d’oeil), le film prend une nouvelle dimension. Le grand atout de HÔTEL TRANSYLVANIE 3 est d’amener l’esprit de l’été dans une saga tournée vers l’ironie du genre horrifique. Les jolies couleurs d’été effacent toute esthétique sombre, les chemises à fleurs et les maillots de bain écartent les costumes terrifiants. Et heureusement, l’ennemi du film (Abraham Van Helsing) ne prend pas toute la place, il est plutôt relégué au second plan. Même si la narration a beaucoup de difficultés de rythme, et contient aussi des redondances, l’enchaînement des gags n’est pas systématique. Parce que Genndy Tartakovsky traite également une romance.

Avant d’être un film comique, il s’agit d’un film sur ce personnage de Dracula. Présenté comme devenant mélancolique car se sentant seul, il reprend de l’énergie grâce à la croisière. Paradoxalement, Dracula redevient lui-même grâce aux couleurs et à l’esprit de l’été. Même si les instants comiques ne vont pas créer de fou-rires, ils vont au minimum faire sourire (Dracula est tout de même interprété par Adam Sandler, qui arrive à faire rire, comme il peut déconcerter). Tout aussi important, il faut remarquer que chacun des personnages secondaires de la « Drac Pack » a son moment, sa petite histoire. Ce qui rend tous ces personnages encore aussi amusant, c’est la volonté esthétique d’être au plus proche du réalisme possible. Même s’il s’agit d’un slapstick movie, les gags ne sont pas dans l’excès par l’image. Tous les instants comiques s’inscrivent dans l’exagération du mouvement (des personnages, du cadre), et non dans le surplus photographique. Intention respectée jusqu’à la scène finale, qui surligne excessivement le combat final dans les couleurs et les plans larges.

HÔTEL TRANSYLVANIE 3 : DES VACANCES MONSTRUEUSES (Hotel Transylvania 3 : Summer Vacation)
Réalisé par Genndy Tartakovsky
Scénario de Michael McCullers, Genndy Tartakovsky basé sur les personnages créés par Todd Durham
Avec les voix de Adam Sandler, Andy Samberg, Selena Gomez, Kevin James, Fran Drescher, Steve Buscemi, Molly Shannon, David Spade, Keegan-Michael Key, Mel Brooks, Kathryn Hahn, Jim Gaffigan, Joe Jonas, Chris Parnell
Pays : États-Unis
Durée : 1 h 37
Sortie française : 25 Juillet 2018

3.5 / 5

🍻 Envie de vous exprimer librement ? Onlike est une plateforme ouverte aux contributions. Pour en savoir plus, rendez-vous ici.


À lire aussi
Pixels Un film dont la bande-annonce n'avait pas séduit. Mauvaise nouvelle : c'est encore pire que ça.
The Big Short Le capitalisme décortiqué avec cynisme. C'est réussi et terriblement actuel.
NEXT ⬇️ show must go on