Climax, dans les méandres de l'auteur Gaspar Noé

Climax, dans les méandres de l'auteur Gaspar Noé

Cannes 2018 – Quinzaine des Réalisateurs

Sale gosse, le Noé. Trois ans après LOVE, le voilà de retour sur la Croisette pour un nouveau trip visuel d’une puissance esthétique sans pareil. En immergeant le spectateur dans son univers, il en fait l’un de ses personnages dans un huis-clos frénétique, sensuel et démoniaque. A trop multiplier les intentions, il le perd souvent : CLIMAX est une nouvelle folie d’un réalisateur passionnant, mais peut être pas son meilleur.

Et pourtant, CLIMAX a sans doute des choses à dire. En présentant une bande de jeunes danseurs en plein weekend de répétition, au-dessous d’un grand drapeau français scintillant, en explorant les corps et les idées, les peurs et névroses, la paranoïa ambiante, Gaspar Noé a l’air plus politique que jamais. Comme pour mieux dire qu’il faut vivre, quitte à se brûler les ailes : les personnages de CLIMAX sont en perdition, mais c’est peut être de leur seule faute.

Torturé comme un film de Noé, mais moins linéaire que jamais, CLIMAX est une vraie expérience immersive. Accrochez-vous (comme toujours), rien n’est simple et personne n’est réellement innocent. Moins provoquant qu’à l’accoutumée, Gaspar Noé s’amuse tout de même, en continuant de déstructurer son récit, ses cartons, ses génériques. Clins d’oeils ou jeu en grand format, CLIMAX absorde tout le cinéma d’un auteur décidément très en forme : le résultat peut paraître plus brouillon qu’avant. Est-ce là du génie ou pas ?

3.5 / 5

🍻 Envie de vous exprimer librement ? Onlike est une plateforme ouverte aux contributions. Pour en savoir plus, rendez-vous ici.


À lire aussi
Guy, portait aimant d'une culture populaire d'hier et d'aujourd'hui Alex Lutz signe avec son deuxième long métrage GUY un portrait tendre de chanteur à la traîne. Une vraie réussite pour finir Cannes !
Cannes 2018 : c’est reparti pour un tour au Marché du Film ! Comme chaque année, nous vous avons organisé un petit tour au Marché du Film, entre nanars assumés et vrais films à vendre.
Le monde est à toi, leçon de maîtrise pour Romain Gavras "Fils de", mais pas que : Romain Gavras démontre avec son travail une parfaite maîtrise de son univers, et signe avec LE MONDE EST A TOI un SNATCH à la française plus que réjouissant.
Rafiki, une vibrante histoire d'amour venue du Kenya Rafiki, c'est toute l'énergie d'un mélange d'émotions, de sentiments et d'un réalisme exacerbé au service d'une première oeuvre dynamique et réaliste. Pop mais lucide, de quoi dépayser au coeur d'une Sélection plus conventionnelle.
NEXT ⬇️ show must go on