Blue Valentine

Blue Valentine

Attention, film indépendant à valeur ajoutée. Un blockbuster romantique, porté par deux des acteurs les plus en vogue en ce moment, la paire Ryan Gosling-Michelle Williams. Elle fait une route plutôt classe depuis sa sortie du petit écran. Lui promène son air nonchalant (mais qui n’en pense pas moins) depuis une dizaine d’années, et met un sérieux coup d’accélérateur pour 2011 (le prochain Clooney, Drive, …). Et ils produisent le deuxième long métrage d’un auteur précoce découvert en 98 à Sundance, et passé depuis aux documentaires (et autres courts).

Blue Valentine est donc un film à deux. Un film sur un couple, aussi. Un couple comme tant d’autres, heureux ou malheureux selon le moment de leur histoire personnelle. L’attrait principal de Blue Valentine, c’est d’explorer justement une histoire d’amour de ses débuts à sa fin (ou du moins à la fin d’une période). Dans un montage multipliant les aller-retour entre le présent (la crise du couple) et le passé (la magie de la rencontre, des premiers moments…), Blue Valentine englobe la totalité d’une histoire d’amour, séduit par le ton donné, forcément mélancolique et romantique tout à la fois, avec une image vieillie pour mieux nous plonger dans ce conte moderne. Son réalisme n’a d’égal que la force de son histoire, pourtant pas si extraordinaire. Comme si la rencontre de deux âmes dans la société d’aujourd’hui (ou d’il y a vingt ans) était déjà en soi une vraie histoire, et une vraie magie.

Porté par deux acteurs brillants, Blue Valentine se repose aisément sur eux. Le film en soi n’aurait pas eu le même intérêt, la même force sans eux. On les voit alors se construire, se détruire, se séduire, se séparer. Une multitude de jolis moments, de clashs, de vie. Sans doute trop d’ailleurs, avec peu de surprises quand aux rebondissements de leur histoire. Le film nous promène entre flashbacks et retour au présent, tourne un peu en rond sans forcément mal faire. L’issue est fatalement peu enjouée, tant le ton donné laisse peu de chances à l’espoir. Si la fin n’en est pas pour autant fermée, et peut laisser toutes les possibilités pour leur avenir. Blue Valentine, un joli film un peu trop pessimiste dans son ensemble, mais au duo principal qui ne pourra que vous charmer.

2.5 / 5

🎙 C'est nouveau et c'est beau : le podcast d'Onlike donne la parole aux artistes et artisans qui font l'actualité de la musique en France et à l'international. Cliquez ici