Zombieland

Zombieland

Pas de doute, le cinéma potache avec des morts-vivants dedans a de beaux jours devant lui. Bienvenue à Zombieland en est encore un bon exemple, parfaitement réussi, décalé comme il faut et avec un Woody Harrelson décidément en grande forme (après sa prestation dans 2012).

Inutile de se froisser le cerveau sur le « comment » de la situation, nous sommes déjà dans Zombieland lorsque le film commence. Un méchant virus a transformé tout le monde ou presque en zombies affamé de chair fraîche, et les derniers humains survivent comme ils peuvent. C’est notamment le cas d’un jeune nolife baptisé Colombus qui s’en sort grâce à sa liste de règles à respecter pour survivre. Des règles qui apparaissent régulièrement dans le film comme autant de rappels, une technique bien trouvée.

Zombieland est un film vraiment sympa, qui ne se surestime pas et du coup remplit parfaitement son rôle. Harrelson y est brillant, tout comme Bill Murray en guest vraiment amusant. Rapide, direct, sans temps-morts, il ne vous décevra pas.

3.5 / 5