Amitiés sincères

Amitiés sincères

On compte aujourd’hui les films français recelant de vraies surprises. Si AMITIES SINCERES n’a pas forcément les cartes pour vaincre (casting à la mode, histoire bobo-bourgeoise & drame sentimentale légèrement fraternel, avec vingt ans de plus sur LES PETITS MOUCHOIRS), l’ensemble se révèle assez correct et voir plaisant, la faute à un casting pertinent qui fait oublier le reste. Un joli hold-up donc, mais quelques sourires.

AMITIES SINCERES pose le principe dès le départ : la vérité nourrit l’amour et l’amitié. Le personnage principal, un Gérard Lanvin parfait en père grognon, voit la vie comme ça, entouré de sa fille et ses deux meilleurs amis. Sauf que tout n’ira pas comme prévu, et les secrets sont bien là. Entre bourgeoisie parisienne typique (le libraire forcément leader politique de gauche, l’écrivain forcément Goncourt, le restaurateur forcément étoilé…), et raccourcis nécessaires (surtout sur les tenues de la très jolie Ana Girardot, non sans nous déplaire), la toile de fond du film partait pour un petit manque de réalisme estampillé cinéma français. Mais peu importe, ici on nous fait un tableau en plusieurs volets d’une jolie troupe, proche de films de potes d’antan, qui s’aime et se déchire.

Un film vivant, grâce à la conviction de ses acteurs, entre un Lanvin parfait et un Anglade content de ne pas jouer les flics véreux, qui nous entraînent jusqu’au dénouement final non sans déplaisir. De quoi être surpris, et revoir ses préjugés… jusqu’à la prochaine déception.

3 / 5

🎙 Le podcast Onlike donne la parole aux artistes et artisans qui font l'actualité de la musique en France et à l'international. Cliquez ici