A Dangerous Method

A Dangerous Method

Quand David Cronenberg s’attaque à la relation compliquée entre Carl Jung et Sigmund Freud, sur le thème non moins compliqué de la psychanalyse, la psychologie analytique (ce n’est même pas pareil) vous avez le droit de vous attendre au pire. En l’occurrence le pire ici, ce serait l’ennui.

Et pourtant, A Dangerous Method, sans doute dirigé de main de maître par le réalisateur, se laisse suivre sans problème. Il faut dire qu’il est malin, Cronenberg : il a évité tous les pièges. D’abord, son film est court : une heure et demie, ce qui fait que l’histoire va vite, avec très peu de temps morts. Ensuite, la distribution de haute volée livre une interprétation d’une grande qualité : Fassbender en Jung, Mortensen en Freud, Cassel en Gross (si si, il est connu chez les disciples de Freud), et surtout Keira Knightley en Sabina Spielrein. Et c’est le troisième point du malin Cronenberg : faire graviter son récit autour de ce troublant personnage et de son évolution, elle qui est arrivée comme patiente hystérique de Jung, avant de devenir sa maîtresse, de rencontrer Freud, de devenir elle-même une psychanalyste et psychiatre renommée. Les petites séances intimes de fessées entre Spielren et Jung font partie des moments qui gravent A Dangerous Method dans la mémoire du spectateur, et livrent de belles performances d’acteurs.

Un pari risqué relevé haut la main. Il passionnera sans doute les férus de psychologie et d’histoire, et même pour les béotiens, ce film qui sort des sentiers battus reste un très bon moment.

3.5 / 5

🎙 C'est nouveau et c'est beau : le podcast d'Onlike donne la parole aux artistes et artisans qui font l'actualité de la musique en France et à l'international. Cliquez ici