Anges et Démons

Anges et Démons

Anges et Démons est un bon film, et se place donc au-dessus du Da Vinci Code sans trop de problèmes. Mais ne vous méprenez pas : ce n’est finalement qu’un film d’action avec des meurtres en série et une bombe à retardement, sur fond de religion.

Et heureusement qu’elle est là, la religion (catholique) car il ne resterait plus grand chose d’original. C’est donc dans l’Histoire de la Chrétienté que puise Dan Brown puis Ron Howard afin de mettre en scène la menace des Illuminatis qui plane sur la Papauté. Au moment de la mort du Pape et de la désignation de son successeur, cette menace ressurgit pour mettre en péril tout le cérémonial.

Mais ce n’est pas tout : la science est présente et sa relation avec la religion est abordée, ce qui en fait un point très intéressant du film (même si le spectateur ordinaire ne saura pas trop démêler le vrai du faux et fera confiance dans les travaux de recherche de Dan Brown). Tom Hanks fait toujours assez pâle dans son rôle (et c’est pourtant rare) à l’inverse d’un Ewan McGregor surprenant en prêtre. Pour ceux qui ont vu le film Les Promesses de l’Ombre de David Cronenberg, il est également assez amusant de voir Armin Mueller-Stahl en cardinal (après avoir été parrain de la mafia russe).

Bref, Anges et Démons, malgré quelques lenteurs, est agréable à suivre et peu même être instructif; là encore, sous réserve que ce que l’on nous présente soit le fruit d’un travail de recherche. Et je ne parle pas de la bombe…

3.5 / 5