Eddy de Pretto - le Kid de la chanson française

Eddy de Pretto – le Kid de la chanson française

🕘 4 janvier 2018

crédit photo Axel Morin

Le clip de son premier single Fête de trop frôle les 2 millions de vue sur Youtube. Lorsque ce titre paraît en juin dernier, Eddy de Pretto est sans doute loin de s’imaginer qu’il finira l’année à Bercy (AccorHotels Arena) en première partie de Julien Doré. Des mois durant il a travaillé son verbe dans des bars parisiens puis s’est lance le défi de remplir la salle des Trois Baudets. Un pari réussi, en février 2016 il entre dans le viseur de la profession. Aujourd’hui, ce « beaulieusard » originaire de la région parisienne, se raconte en toute sincérité et impudeur dans un premier EP de 4 morceaux aux titres évocateurs. Dans le Kid il questionne la masculinité et l’hyper virilisation de notre société, dans la Jungle de la chope l’hyper sexualisation.

« Tu seras viril mon Kid,
Tu brilleras par ta force physique, ton allure dominante, ta posture de caïd,
Et ton sexe triomphant pour mépriser les faibles,
Tu jouiras de ta rue d’étincelles »

Extraits de Kid

Beaulieue est une référence à ses origines « Ô Beaulieue, il vaut mieux que je te quitte. Je file, mes poches sans fric. Ô Beaulieue, bel et bien ma favorite. Je garde toutes tes briques » Eddy de Pretto écrit, compose et mets en scène ses propres histoires. Son style, qu’il revendique « non genré », n’est que le reflet de son éducation musicale : entre classicisme à la française et modernité. Il clame son admiration pour de grands interprètes comme Aznavour, Brel, Barbara ou Dalida, et salue en même temps les carrières de Stromae, Christine and the Queens, Booba, Rohff… Quand on lui propose une reprise il choisit JUL et Barbara. Il livre une interprétation très personnelle du Bout des lèvres de Barbara dans l’émission Boomerang d’Augustin Trapenard sur France Inter. Il n’y a pas de bac pour lui à la Fnac « mon bac à moi c’est le melting pot ».

Eddy de Pretto incarne notre génération, une jeunesse désabusée, vagabonde qui filme sa vie à l’iPhone [eddy de pretto utilise son iPhone pour ses concerts et le tournage de ses clips], qui s’affranchit envers et contre tout des codes avilissants et des constructions sociales. Il incarne aussi une jeunesse libérée et créative, mue par des rêves de grandeur. Il parle librement de son orientation sexuelle sans pour autant souhaiter que son travail soit jugé à l’aune de cette identité, et perçu comme un témoignage ou un combat pour la cause « Je n’ai pas de tabou vis-à-vis de mon homosexualité mais je ne crois pas que ce soit une chose importante d’identifier la sexualité d’un artiste. Je ne pense pas que ce que je fais dans ma vie privée serve le projet. Je n’ai pas du tout envie de mettre ça en avant ».

Depuis des mois il occupe la scène médiatique, mais surtout « la vraie » scène, celle sur laquelle il a mûri en tant qu’artiste à la force de son caractère et de son talent. Il se produit beaucoup, partout, et souvent à guichet fermé. Ce sont ses envies de scène et sa passion pour le théâtre qui ont motivé ce choix de vie « Le théâtre a été pour moi une révélation, je m’y sentais bien, il y avait quelque chose qui brûlait en moi, une facilité et surtout on me le rendait bien. Ma professeur de théâtre me disait que je prenais la lumière. Elle me donnait toujours les premiers rôles ». Alors que semble se tracer pour lui une nouvelle destinée, Eddy garde la tête froide « c’est un milieu vif dans lequel il y a tous les jours de nouveaux artistes. Il faut pérenniser ce que l’on fait, je ne veux pas rentrer dans les tiroirs. C’est un projet de vie, s’il tombe à l’eau je n’ai pas grand-chose d’autre ».

« Ici la soif de l’autre défile
Les âmes sensibles deviennent tactiles
Mais même l’orgie est possible
Dans ce moderne et vaste asile
On s’fait la cour comme des absents-sents
Sans penser au moindre sentiment-ment-ment »

Extraits de Jungle de la chope

L’expression d’une sensibilité qui lui vaut tant d’éloges n’a pas toujours été permise « Cette sensibilité me permet dans mon travail et dans la vie d’être au plus proche de ce que je ressens, d’avoir de l’empathie pour les autres. Cette sensibilité était cachée et bannie dans mon enfance. Il y avait beaucoup de figures masculines, je devais faire profil bas et rentrer dans les codes. Cette sensibilité là n’était pas à la mode ». L’année 2018 sera marquée par la sortie de son premier album avec de nouveaux titres et une grande tournée. On espère pour le Kid un parcours aussi brillant que celui dont il peut déjà se vanter.

eddydepretto.com

🍻 Envie de parler Musique librement ? Onlike est une plateforme ouverte aux contributions. Faites-nous signe sur @onlike ou ici pour rejoindre la flotte.


🕘 4 janvier 2018