Rodriguez @ Øya Festival ’13

Rodriguez peine à avancer sur scène, tremblant, soutenu par l’une de ses filles qui l’accompagne jusqu’au micro. Un technicien lui branche sa guitare. Voilà l’image un peu triste qui vient contraster la joie de découvrir un homme plein d’humour et d’humanité dans la fraîcheur norvégienne.

Certes, Sixto Rodriguez, le héros du film SUGARMAN, n’est plus tout jeune, et ce succès mondial tardif ne le montre désormais plus sous son meilleur jour, mais la rencontre est réelle. La voix est partie, les accords sont moins sûrs, mais Rodriguez plaisante. Souhaite la paix, se dit qu’il a raté la Légion d’honneur la semaine passée car le président français est en vacances, qu’il mérite d’être une légende comme les autres… Il n’oublie rien, l’ouvrier de Detroit, surtout pas de ne pas se prendre au sérieux.

Si on peut se demander légitimement si Rodriguez serait mieux tranquillement chez lui ou devant nous sur scène, difficile de trancher. L’importance du contact avec le public et de voir cet artiste rattrapé par le temps fait relativiser les choses. Et profiter, un peu, d’une certaine magie.

08.08.2013, L'AUTEUR :
✪ 861 articles sur Onlike ✪

Allez plus loin en Concerts avec