Onlike

Kasabian @ Le Zénith ’17 – In love with a bunch of psychos

Loin d’être inconnu sur la scène brit pop avec 20 ans de carrière, et 6 albums studio au compteur, le groupe de Leicester KASABIAN reste en conquête du public français. Sur leur seule date française pour ce passage 2017, le constat est clair : la salle est à moitié britannique (et n’affichait pas complet) ! L’occasion pour Sergio Pizzorno et Tom Meighan de montrer tout leur amour pour la scène.

Et c’était un set plein d’émotions. Plus habitués à jouer les faux bad boys (le côté rockeurs « motherf*cking » anglais), KASABIAN en 2017 est un groupe tourné vers l’amour. Quelques mots au public, une célébration de leur amitié à grands renforts de « my brother », un salut aux petites amies backstageKASABIAN se révèle étonnamment serein et heureux d’être là, et cela se ressent sur le live. Un set sans doute un peu trop délimité de 1h45 pour chaque date 2017, qui a néanmoins offert au Zénith et des fans en transe un grand moment de rock à l’anglaise.

Difficile d’ignorer l’aisance scénique de KASABIAN, qui laisse oublier un 6e album plutôt mitigé : enchaînant les dernières chansons clairement pop, Tom & Sergio sont toujours aussi friands de leurs premiers moments beaucoup plus rock et enchaînent Underdog ou Shoot the runner après BumblebeeeEez-Eh (et une petite bravade pour citer les DAFT PUNK) et une introduction sur le nouveau III Ray. Le reste du set est à cette image : du neuf, mais surtout du vieux, quitte à proposer leur (premier) tube Club Foot pour galvaniser un public conquis. Au rappel, c’est la vraie surprise : un moment accoustique avec Goodbye kiss qui tire les larmes, avant d’enfoncer le final avec Vlad the impaler et Fire. Ce groupe-là a des tripes, au Zénith il avait du coeur.

Crédits photo : Kasabian official