Black Rebel Motorcycle Club – Le Bataclan – 12/05/10

Après un souvenir mitigé du concert donné à L’Elysée Montmartre en novembre 2007 (beaucoup de lourdeur inutile sur plusieurs morceaux), c’est avec enthousiasme que l’on retrouvait les Black Rebel Motorcycle Club dans le cadre du Bataclan. Pas tant avec leur CD live sorti en 2009 mais plutôt dans la suite de leur dernier album Beat the Devil’s Tattoo, un disque condensant les différents styles du groupe expérimentés depuis plusieurs années.

photo Loic Duquenois

Si Beat The Devil’s Tattoo a donc été mis à l’honneur ce 12 mai 2010, les BRMC ont comme à leur habitude fait preuve d’une générosité sans faille avec un set de plus de deux heures ponctué de moments forts et d’autres… malheureusement plus risqués.

En l’occurrence les deux premiers morceaux joués (War Machine et Mama Taught Me Better, tous deux issus du dernier album) n’ont pas autant déclenché les clameurs que les premières secondes de Red Eyes and Tears et surtout de l’enchaînement « acoustique » qui allait  arriver : Beat the Devil’s TattooLove BurnsAin’t No Easy Way. Dommage que ce grand moment ait été un peu cassé immédiatement après par Aya (encore un titre de BTDT) replongeant la salle dans un partage entre manque de rythme et envolées psychédéliques. Même constat avec Annabel Lee et Visions of Johanna (reprise de Bob Dylan) qui n’ont pas forcément répondu aux attentes de la majorité du public.

photo Fabien Gelle

A côté de cela, évidemment, les Black Rebel Motorcycle Club ont confirmé leur statut de grand groupe de rock. Et dans ce registre rien ne remplace encore les titres des débuts, qu’il s’agisse de Whatever Happened To My Rock & Roll, Six Barrel Shotgun, Spread Your Love ou Stop. Mais restreindre les temps forts du concert à ces seuls morceaux serait erroné, et c’est avec satisfaction que l’on a pu constater le succès des titres issus du brillant Howl qui est pourtant surtout folk, mais également — et c’est plus étonnant encore — ceux issus de Baby 81 qui n’avait pas reçu un accueil unanime. C’est ainsi que l’on a pu apprécier un magnifique Shuffle Your Feet (Howl) ou un Weapon of Choice (Baby 81) renversant.

Au niveau des anecdotes on mentionnera l’interruption de Conscience Killer pour cause de malaise dans le public au premier rang, mais aussi et surtout un troisième rappel réservé à quelques chanceux, effectué en acoustique par Robert Levon Been devant le Bataclan.

photo Loic Duquenois

Mais la fin du concert restera surtout cet exceptionnel Open Invitation (piste bonus disponible à la toute fin de l’album Howl après le dernier titre The Line), transcendant avec un effet de lumières envoutant (des lasers verts parcourant lentement la salle plongée dans une communion quasi religieuse). Pas de doute, les Black Rebel Motorcycle Club avaient marqué pour de bon le public avec un dernier moment mémorable.

Pour finir sur les souvenirs, voici les liens des contenus trouvés relatifs à ce concert.

Photos : Loic Duquenois, Fabien Gelle

Vidéos : sandralou82, SollyDarling, cuic2412

3 commentaires
  • Bob

    Autre report du concert pas mal du tout!
    http://www.streetpress.com/sujet/609-brmc-comment

  • lylyfromnormandy

    N'importe quoi, AYA c'était juste MAGNNNNIIIFFFIIIQUE !!!

  • Shush

    Ah d'accoooord, c'était donc ça le gros blanc en pleine chanson ! Vous m'éclairez là… merci

13.05.2010, L'AUTEUR :
✪ 2457 articles sur Onlike ✪

Allez plus loin en Concerts avec