3 semaines à la conquête de la côte-est australienne : de Byron Bay à Cap Tribulation

🕘 14 février 2017

Ah l’Australie… La plus grande île du monde, regorge d’une richesse de paysages; des plages de sable fin au désert rouge, en passant par les forêts luxuriantes et les lagons. Parcourir l’Australie, c’est s’émerveiller chaque jour de la richesse de la faune et la flore incroyablement respectées, protégées mais c’est aussi découvrir l’Autralian Way of Life.L’Australie fait parti de ces rares lieux du monde où l’on peut poser ses valises pour de bon. Parce qu’ici on prend le temps de vivre, de profiter, de prendre soin de soi et de s’épanouir. Bref, l’Australie c’est cool et trois semaines bien trop court !

Première partie : 3 semaines à la conquête de la côte-est australienne : Sydney

Byron Bay, The coolest place in Australia

(ce sont les australiens qui le disent)

Byron Bay, petit village resistant de l'east coast australienne #australia #byronbay #beach #pacific #surfer

A post shared by Marie-Caroline Fourmont (@maricatastrophe) on

Rejoindre Byron Bay par le bus de nuit depuis Sydney pour un réveil à la plage. Le plus difficile est de quitter Byron Bay. Une petite bourgade à l’atmosphère paisible, tranquille, sereine. On y croise un doux mélange de baba-bobo-hipster-surfer de tous les âges et du monde entier. Il n’y a ni feux rouges ni constructions de plus de trois étages ni grandes chaines. Ici on est local, sain, bio et surtout DE-TEN-DU.

La journée s’organise entre surf (un des meilleurs spot du pays), une ballade le long de la côte en direction de la lighthouse. On croise alors dauphins, baleines et walibis avant d’atteindre le cap le plus à l’Est de l’Australie. Lézarder sur la plage, se baigner, prendre un verre en terrasse, flâner dans les boutiques de fripe hippy, écouter un groupe local, regarder l’océan, déguster un burger gluten free-vegan-bio et réaliser qu’en fait c’est bon… Un incontournable que l’on quitte à regret.

  • The Balcony, pour les happy hours vin-huitres depuis la terrasse qui surplombe la rue principale. Un peu chic mais beaucoup de locaux fréquentent l’établissement.
  • Beach Hotel, un hôtel, comme son nom l’indique, mais c’est surtout le bar qui nous intéresse. Une terrasse gigantesque à deux pas de la mer, une vaste salle où se produisent de bons groupes locaux, danceclub le week-end et pies (tourte feuilletée garnis de viande, légumes, fromage…) gratuites autour de 18h ! Egalement une bonne bière, 4 Pines Pale Al.
  • The Railway Friendly Bar, pour une soirée déchainée, des rencontres du monde entier, un live de la scène locale. Bref, The place to be à la tombée de la nuit.
  • Twisted Sista Café, pour un petit-déjeuner gargantuesque et pour la vitrine des gâteaux plus fous les uns que les autres.
  • L’auberge Aquarius, bien située à deux pas de la plage, salle-de-bain privative dans les chambres et un très bon café en bas.

Noosa

Station balnéaire chic et bien plus huppée que Byron Bay (les familles et seniors sont clairement en majorité) mais attention c’est une étape qui vaut vraiment le détour. Le Noosa National Park s’étend sur 2 883ha et offre une promenade à couper le souffle. De là on observe dauphins, baleines côté mer, cacatoès et koalas côté terre (il faut lever la tête quand même). Des cinq sentiers proposés, le coastal track est le plus varié entre eucalyptus et océan. On pousse facilement jusqu’à la Sunshine beach, 15km de sable fin (retour en bus jusqu’au centre de Noosa).

Une seule adresse à retenir, YHA Halse Lodge, AJ installée dans l’une des plus vieilles maisons de la ville. L’ambiance y est décontractée, les bières pas chères (attention, on reste en Australie) et le menu change tous les jours.

Fraser Island, la plus grande île de sable du monde !

Jouer aux Robinson Crusoé… Classée Patrimoine mondial de l’Unesco, Fraser Island est mon gros coup de cœur de l’est australien. On circule en 4×4 sur la 75 Mile Beach, on se sent vivant et libre. On découvre l’épave du SS Maheno, échouée après un cyclone en 1935. On se baigne dans l’eau turquoise du Lac MacKenzie, dans l’eau glaciale d’Eli Creek, dans l’eau chaude de la Champagne Pool (pas la peine de boire la tasse) ou encore dans les eaux sombres et troublantes du Lac Wabby. On se la joue Lawrence D’Arabie dans les dunes des Pinnacles au couche du soleil. On observe l’immensité de l’Océan Pacifique qui grouille ici de requins et raies qui sautillent joyeusement au-dessus l’eau depuis le Soudy Cap…

Pippies Beachhouse et son voisin Cooldingo proposent des trips de 3 jours 2 nuits vraiment très complets, bien organisés avec tout le confort et beaucoup à manger ! Les guides sont des gars du coin, de Rainbow Beach. Ils connaissent l’île par cœur pour y vadrouiller depuis leurs 10 ans.

Airlie Beach, station balnéaire, que l’on rejoint par le bus de nuit depuis Rainbow Beach, où se succèdent bars et auberges de jeunesse. On profite de l’ambiance décontractée, du lagon et de la Bicentennial Walkway avant de partir à la conquête des Whitesundays.  Petit-déjeuner de compétition au Sidewalk Café et soirées endiablées au Magnums qui est aussi une auberge de jeunesse et un tour opérateur !

Il est temps d’embarquer à bord de votre navire, pour 2 jours et 2 nuits à la conquête des 74 îles de l’archipel des Whitsunday.

On se la joue Pirates des Caraïbes (lieu de tournage du cinquième volet) en navigant dans des eaux turquoises (guettez tortues et calmars !), on papote avec des petites raies dans les eaux chaudes de la White Heaven Beach et on plonge dans le monde de Némo (et oui nous sommes sur la Grande Barrière de Corail, celle-là même qui a inspiré le film). Les couchers de soleil sur le pont sont magiques, d’autant plus quand ils sont animés par une famille de baleine bien décidée à faire un concours de saut ;-)

Attention avant de choisir vos compagnie et embarcation ! Comme partout, les gens font l’ambiance. Ne pas s’embarquer dans une croisière de jeunes étudiants célibataires en recherche d’aventure d’un soir si vous êtes en amoureux de plus de 30 ans… ça paraît bête mais bon, on est quand même bloqués sur un rafiot pendant 2 jours avec des inconnus, autant que ce soit dans le même état d’esprit… Pour ceux qui correspondent à la première description, je propose le trimaran Avatar. Pour les autres, aucune idée…

"A place that takes your breath away no matter how many times you see it" (📷: @whitsundaysphotography)

A post shared by #lovewhitsundays (@whitsundaysqld) on

Dernière étape, avec Cairns et Cap Tribulation en particulier. Escapade d’un ou deux jours au cœur d’une des plus anciennes forêts primaires de la planète, site classé au Patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1988. On découvre une flore incroyable et une faune toujours plus surprenante. Bien évidemment, des crocodiles de mer (le même que dans Peter Pan donc attention ça croque dure et peut faire jusqu’à 7 mètres de long tout de même), baignade et ballade au bord de l’eau à vos risques et périls. Rappelons qu’en 2015, une anglaise a été avalée toute crue et retrouvée entière dans le ventre de l’animal quelques jours plus tard… Un drôle d’oiseau à apercevoir, avec un peu de chance, le Casoars à casque, considéré comme l’oiseau le plus dangereux de monde ! Il est aujourd’hui menacé d’extinction. Sorte d’autruche avec une tête de paon, mais ce n’est que mon avis.

On apprécie volontiers une nuit à Port Douglas, station balnéaire chic, où se mélangent jeunes et moins jeunes. On lézarde sur la Four Mile Beach avant de se rendre dans l’un des fabuleux restaurants de poisson de la ville. Ou On the Inlet, resto chic et très réputé pour sa vue imprenable et sa cuisine de la mer fraiche et innovante.

Pour parfaire ce premier voyage, une semaine supplémentaire pour parcourir le centre rouge avec le Uluru-Kata Tjuta National Park et le Watarrka National Park aurait été parfaite. Ce sera pour une prochaine fois…


🕘 14 février 2017