Thule Subterra 23L - conçu pour les voyageurs technophiles [test]

Thule Subterra 23L – conçu pour les voyageurs technophiles [test]

🕘 30 novembre 2017

Dans la prochaine évolution d’Onlike nous avons décidé de mettre en avant des marques et des produits qui se distinguent par leur qualité ou leur engagement. Pour l’inaugurer nous le faisons avec nos rubriques Lifestyle et Voyages, et pas de manière si éloignée avec la rubrique high-tech, puisque nous allons parler sac-à-dos. Objet ô combien présent, qu’il s’agisse de parcourir les trajets quotidiens comme ceux des vacances, il fait l’objet d’une quête régulière dans sa vie : quel est le meilleur sac-à-dos ?

Pour commencer cette quête, nous avons pris en main le Subterra 23L (donc 23 litres) de Thule. Thule est une marque suédoise qui se fait relativement discrète en France et reste encore réservée aux connaisseurs. Pourtant, c’est un groupe (propriétaire notamment de Case Logic, que les technophiles connaissent déjà plus) qui a su bâtir sa réputation sur la qualité de ses produits.

Premières impressions

Pour ce test nous avons embarqué la version couleur Ember du sac à dos, soit un Bordeaux sombre (Burgundy) avec des reflets qui lui donnent l’impression de s’adapter à la lumière et aux conditions ambiantes. Cela se ressent en tout cas lors de nos prises de vues.

En voiture dans la Nature.

En-dehors de cette première impression sur la couleur extérieure, on constate également instantanément le contenu fourni du compartiment principal, déjà parce qu’il est d’un orange immanquable, ensuite et surtout parce qu’il contient un lot de rangements variés. Le Subterra a clairement mis l’accent sur le transport d’ordinateur (jusqu’à 15 pouces) et ses accessoires, avec compartiments dédiées aux câbles et chargeurs (un emplacement nommé « PowerPocket ») mais aussi un spécial tablette d’une douceur qui tranche avec le reste. Si vous avez besoin de mettre à l’abri un objet (plat) précieux, c’est clairement le bon endroit dans tous le sac.

La dernière « première impression » c’est le poids : 900 grammes. Un sac ultra-léger alors que son apparence aurait plutôt tendance à évoquer l’inverse (solidité, renforts, etc.). Porté à vide (un test stupide mais toujours nécessaire) on ne le sent pas.

De la qualité

Il y a des objets dont la qualité se ressent autant au toucher qu’à la vue. Celle des tissus du sac est évidente. On ne craint pas de voir sortir un fil d’un seul coup. Mais surtout, il y a cette expérience qui ne trompe pas : on peut ouvrir le sac d’une seule main. Oui, le test de la fermeture éclair est hautement symbolique. Pas besoin de maintenir le sac avec l’autre main pendant qu’on l’ouvre, ici il est parfaitement possible d’utiliser le sac avec simplement deux doigts pour ouvrir son compartiment principal ou frontal. La fluidité des fermetures qui coulissent est un détail qui ne trompe pas (faites le test avec votre sac actuel, ce n’est pas si répandu que cela).

Autre point fort mais qui ne se remarque pas immédiatement : le rembourrage. Le soin qui y est apporté est notable. Les dorsaux comme les bretelles, sont rembourrés et aérés par un mince filet. La encore on a un contraste entre la finesse de l’élément et sa solidité.

Moins fins en revanche mais pour le coup extrêmement solides aussi, les éléments plastiques. Des attaches ventrales au petit mousqueton caché dans le compartiment intérieur, on ne craint pas de les utiliser sans ménagement.

Probablement le seul test qui vous parlera du « petit mousqueton caché dans le compartiment intérieur ». Profitez-en pour jeter un oeil aux détails.

Du souci du détail

On a déjà mentionné la solidité du tissu externe, également les détails géométriques du tissu interne, la solidité des éléments plastiques, on évoquera donc aussi celle — évidente — des fermetures éclair métalliques. Non pas qu’elles donnent envie de les martyriser, mais plutôt qu’elles donnent une belle confiance dans leur présence à long terme (combien de fermetures lâchent en cours de route, comme c’est agaçant…).

Outdoor ou indoor ?

Si le test du Subterra 23L en pleine nature est concluant, notre verdict reste qu’il est surtout parfait pour l’aventure… du quotidien. Celui plus bitumé du voyageur urbain, attirail technologique toujours avec lui, en déplacement dans les transports et les bureaux.

Que le sac ne puisse pas s’ouvrir entièrement sur toute sa hauteur est d’ailleurs révélateur du volume des objets qu’il attend (couverture de survie ou matériel de camping ? Pas vraiment). Néanmoins, tout cela est volontairement designé pour offrir plus de compartiments (notamment deux petits latéraux) servant à dégainer rapidement un objet précis (dans notre cas, c’est devenu un smartphone, ou un adaptateur, voire un pass Navigo en attente d’être augmenté car l’aventure urbaine, voyez-vous, elle se mérite).

Du coup, en transit dans un espace de coworking, une bibliothèque, une gare, un aéroport, bref un bureau de fortune… le Thule Subterra 23L se révèle tout simplement parfait. Véritable écrin pour ordinateur et tablette, soucieux de prendre en considération les câbles et chargeurs, et de protéger le tout, il remplit à merveille ce qu’il fait un peu moins convenablement en pleine expédition en forêt ou dans le désert de Joshua Tree. Définitivement conçu pour les voyageurs d’affaires modernes.


🕘 30 novembre 2017