Plants vs Zombies 2 – le test

Cher journal,
Je t’écris ces quelques lignes pour te rassurer. C’est vrai que je n’ai pas été très disponible ces derniers jours, suscitant l’inquiétude de mes proches. La raison de ce silence est simple. Un peu honteuse même. Mais j’avoue, j’ai replongé…

plants_vs_zombies_2

Plants vs Zombies 2. Un nom débile ; un mauvais film de série Z. Ou tout simplement la suite du meilleur jeu de tower defense (c’est le nom du genre) qui avait déjà occupé mes journées / soirées / nuits lors de sa sortie. On prend les mêmes (ou presque) et on recommence.

Sauf que de l’eau a coulé sous les ponts depuis Plants vs Zombies, premier du nom. L’éditeur PopCap s’est fait racheter par le géant EA, et on pouvait craindre le pire. Ce test est là pour rassurer.

Car, au moment de publier, j’en suis à la fin du troisième (et officiellement dernier) monde du jeu : le far-west. Avant de me coltiner aux zombies-cow-boys, je suis donc passé par les zombies-momies et les zombies-pirates. Avec sur chaque plateau une petite spécificité (les tombes, les ponts, les rails). Et un système de jeu qui oblige à refaire des niveaux pour progresser, c’est malin. Evidemment tout cela si l’on veut éviter de débourser de l’argent via les achats in-app. OK, c’est l’heure de faire le point sur l’aspect financier du jeu.

Plants vs Zombies 2 : un jeu vraiment gratuit ?

C’était la principale source d’inquiétude : gratuit sur l’App Store, le jeu ne serait-il pas l’un de ces horribles pièges à la dépense pour progresser ? La réponse est non, assurément non. Je n’ai pas déboursé le moindre centime pour en arriver au dernier plateau. Et je n’en ai pas bavé tant que ça, finalement. Car il faut avouer que le jeu n’est pas très difficile, même si certains niveaux se révéleront coriaces, obligeant à recourir aux supers-pouvoirs (une des nouveautés) qui coûtent des pièces ; pièces que l’on récupère peu à peu à chaque partie. Donc si vous ne tombez pas dans la facilité pour progresser vite, vous ne serez jamais contraint d’acheter des pièces (« acheter des pièces », un comble…).

Alors évidemment, les hardcore fans du jeu voudront avoir toutes les plantes. Et là… c’est différent. Même si l’on en débloque au fur et à mesure de la progression, il semble bien que certaines ne sont disponibles qu’à l’achat. Il va falloir tenir. Heureusement, là encore, aucune plante « payante » n’est nécessaire pour avancer.

Le gameplay : sans surprise

Plants vs Zombies c’est comme le vélo, ça ne s’oublie pas. Un semblant de scenario a été trouvé pour justifier les trois mondes (nous sommes là pour aider Dave le Dingo à retrouver un taco, accompagné de son camping-car qui parle. Tout va bien…), et si vous saviez jouer au premier volet, vous retrouverez bien vite vos marques sur celui-ci. Si vous découvrez la saga, rassurez-vous, c’est d’une simplicité affligeante. Probablement là aussi une des clés du succès.

Dès lors, vous entrez dans la danse pour défendre vos plantes contre les zombies, à l’aide de… plantes. Car il n’agit plus vraiment de protéger sa maison (puisque vous avez voyagé dans le temps) mais « seulement » de survivre. Avec vos alliés végétaux, dont certains sont beaucoup plus fragiles que d’autres. Parfois même, perdre une seule plante vous fera perdre la partie ; l’angoisse quand elle est posée à seulement deux ou trois cases des vagues de zombies…

Alors évidemment, les habitués reprendront vite leurs marques et leurs chouchous. Ce serait une erreur. « PvZ2″ n’a pas rajouté de nouvelles plantes simplement pour le plaisir, et certaines se révéleront indispensables. C’est par exemple le cas du Tape Choï (redoutable boxeur en combat rapproché), du Boomerang floral (utile sur les premiers niveaux, un peu moins par la suite) et du Coco-canon (la solution radicale — mais chère en soleils — débloquée dans le monde des pirates).

plants_vs_zombies_2_plants

Conclusion : Plants vs Zombies 2 est un nouveau best-seller

Inutile de tourner autour du pot (de fleurs) : Plants vs Zombies 2 est réussi sur tous les fronts, suffisamment malin pour se rentabiliser sans agacer les joueurs, et suffisamment varié pour un jeu gratuit si l’on se refuse à bourse délier. Les graphismes sont simples et jolis, la difficulté dosée, la progression agréable. Il occupera facilement une partie de détente sur la plage comme un trajet dans les transports. A télécharger sans hésiter.

commenter
PUBLIÉ LE 12.08.2013, PAR :

Allez plus loin en Applications avec