#osfest17 – Le Ouishare Festival fait sa transition

6 juillet 2017

Le Ouishare Festival s’éloigne-t-il de ses premières amours ? C’est la question qui se posait sur toutes les lèvres à la découverte de cette cinquième édition qui se tient du 5 au 7 juillet. A l’origine, le Ouishare se voulait LE festival de l’économie collaborative, un véritable amour qui a bercé les deux premières éditions (2013-2014).

Les deux suivantes (2015-2016) ont plutôt laissé place à la méfiance ; la faute sans doute aux géants de l’économie collaborative et à leur culture très capitaliste dont l’image a terni le concept. On pense à Uber et Airbnb évidemment mais pas seulement. Même BlaBlaCar, dont le président Frédéric Mazzella intervenait lors de l’édition 2015, n’en sortait pas indemne.

Pour cette cinquième année, le Ouishare sentait le besoin de faire différent. Si « l’éco-collab' » reste chouette quand elle est aux mains des citoyens, les entreprises ne sont plus l’horizon vers lequel se tourner pour regarder un avenir radieux : solidaire, équitable, humain. Alors, où regarder ? Réponse du Ouishare Festival 2017 : les villes.

Hello Pantin

Comment l’économie collaborative s’ancre-t-elle dans les villes ? Voilà la transition trouvée pour se donner un nouvel angle de vue. Et si l’on parle souvent du concept de smart cities, le Ouishare évite d’utiliser ce terme qu’il trouve trop « techno-centré » (peut-être même que le terme techno-centré est déjà un peu clivant vis-à-vis du public ; d’ailleurs peut-être même que le terme clivant est… bref).

Pour bien marquer cette transition, le festival a choisi de déménager. Tchao Le Cabaret Sauvage (parc de La Villette à Paris) et hello Pantin (93500). Plus exactement les Magasins Généraux, nouveau siège de l’agence publicitaire BETC, le long du canal de l’Ourcq.

A lieu différent, configuration différente : fini le chapiteau principal, le « Cirque » prend ses quartiers dans l’accueil du bâtiment. On y perd en places disponibles (et en prises électriques), on y gagne en fraîcheur.

Pour compenser le nombre de places, un « Théâtre » prend ses quartiers dans un autre bâtiment, un peu plus loin dans la ville. L’impression d’alterner entre deux scènes principales d’un festival de musique se fait sentir. Au centre de ces deux lieux (plus près du cirque que du théâtre cependant), des chapiteaux type barnum ont pris place sur le quai à côté des Magasins Généraux et reprennent le rôle de mini-scènes qu’ils avaient à La Villette.

Coeur des thématiques et conférences de ces 3 jours donc : les villes. Il s’agit d’explorer l’aspect urbain de l’économie collaborative, la dimension citoyenne. Comment redonner aux citoyens du pouvoir d’agir (grâce à la technologie notamment) dans les villes ? Comment faire pour que les villes retrouvent leur souveraineté ? Comment les villes deviennent-elles des plateformes, se regroupent en réseaux et collaborent à l’international ? Autant de sujets passionnants, d’initiatives intéressantes, et de débats (vers une nouvelle fracture entre villes et campagnes ?) qui nourrissent réflexions et échanges durant trois jours.

Le programme : paris.ouisharefest.com


6 juillet 2017

NEXT | show must go on