La saison des femmes

La saison des femmes

Réalisé par Leena Yadav
Écrit par Leena Yadav, Supratik Sen
Avec Tannishtha Chatterjee, Radhika Apte, Surveen Chawla, Lehar Khan, Riddhi Sen, Chandan Anand, Mahesh Balraj, Sumeet Vyas
Inde, Royaume-Uni
120 minutes
Sortie le 20 Avril 2016

Inde, Etat du Gujarat, de nos jours. Dans un petit village, quatre femmes osent s’opposer aux hommes et aux traditions ancestrales qui les asservissent. Portées par leur amitié et leur désir de liberté, elles affrontent leurs démons, et rêvent d’amour et d’ailleurs.

Quand on regarde LA SAISON DES FEMMES, il y a quelque chose du cinéma égyptien et quelque chose du cinéma britannique. Égyptien parce qu’il dresse un portrait féministe de ses protagonistes, parce qu’il se concentre sur leurs caractères et leur intimité, et qu’il évite de trop développer les problèmes sociaux. Ainsi, il fait un clin d’oeil permanent au cinéma britannique puisque son portrait ne tend jamais à transformer une situation, mais place ses protagonistes face à une fatalité et l’explore pour tenter de retrouver une dignité. Le film de Leena Yadav est constitué de ce mélange, mais il n’a tout de même pas l’amertume d’un villageois de Cornouailles ou la conviction d’une femme du bus 678.

Malgré cela, c’est un film qui évite la confrontation : en étant furtive, le récit et la mise en scène se concentrent sur la personnalité changeante des protagonistes au sein d’un contexte qui n’évolue pas (et heureusement). Ainsi, il s’agit de voir des femmes lutter et tenter de survivre à chaque obstacle lancé par cette société. En deux scènes, le long-métrage fait comprendre que la place est le symbole du pouvoir absolu de l’homme. Par contre, il y a constamment un retour dans les maisons, dans les lieux personnels. Ce sont eux qui prennent la mélancolie à bras le corps, alors que l’extérieur collectif est un espace de silence. Le cadre le montre très bien : dans les endroits publiques, les protagonistes se fondent dans la masse du plan ; tandis qu’elle recouvre un champ d’action plus important dans leur espace intime (les maisons, la tente).

L’avantage de ce long-métrage est de montrer ses protagonistes féminines dans des comportements dont le cinéma britannique n’a pas forcément l’habitude, ou que les films egyptien et iranien n’ont pas choisi de traiter. Leena Yadav montre des femmes avec le sourire et avec une énergie sans cesse renouvelée. La palette de couleurs des espaces et la lumière du pays y sont surement pour quelque chose. Avec quelques instants d’humours et de relâchement, le film choisit de traiter son récit avec une grande chaleur. Toutefois, on y retrouve également l’espoir continu, mais qui se confronte à la fatalité. Avec l’espoir et le sourire, l’énergie se fait écho à elle-même parce que le village est tel un huis-clos. Ainsi, la dynamique est que chaque nouveau bouleversement répond aux précédents.

Grâce à ce huis-clos et cette énergie, chaque espace ouvert (dans les virées des protagonistes) est une bouffée d’air frais. Exit l’obéissance aveugle et la domination masculine, place à des moments hors du temps connu. Presque des instants de surréalisme : des espaces aux dimensions et étendues immenses, des couleurs nouvelles qui surgissent, des plans dont les échelles sont plus larges, etc. Ces espaces ouverts sont tels des fantasmes d’émancipation, des manifestes de la beauté féminine, de la possibilité d’un autre monde plus joyeux.

4 / 5

🎙 C'est nouveau et c'est beau : le podcast d'Onlike donne la parole aux artistes et artisans qui font l'actualité de la musique en France et à l'international. Cliquez ici