Jobs

S’attaquer directement à l’histoire contemporaine, en voilà une spécificité américaine. Et le mouvement s’accélère : les biopics et autres biographies célèbres prennent de moins en moins de recul sur l’Histoire. On espère ainsi mieux profiter de la vague, du buzz. Pour Steve Jobs, c’est à peine deux ans après sa disparition qu’arrive sur les écrans son premier biopic (un deuxième avec Aaron Sorkin au scénario est envisagé).

JOBS, c’est un film de choix. Comment résumer la vie du fondateur et grand gourou d’Apple, société elle-même à l’histoire mouvementée ? Difficile tâche qui revient à Joshua Michael Stern, pas débutant mais jusqu’à présent anonyme réalisateur. Ayant l’avantage d’avoir sous la main Ashton Kutcher, particulièrement investit dans le rôle, Stern aurait pu nous servir un grand film. Peine perdue, la réalisation étant en soi un frein au film. Pourtant il y a quelque chose d’assez fascinant avec JOBS. Film sur un génie contemporain, film habité et envahi par le créateur d’Apple. Ego démesuré et figure médiatique de son vivant, Jobs vole quasiment le film malgré lui.

Peu importe les choix obscurs d’un scénario qui ne pouvait de toute façon pas tout retranscrire, on fait ici le bilan d’une seule façette de Jobs, ce qui au final pourrait se discuter mais s’efface devant son sujet central. JOBS souffre d’un certain manque de recul sur son sujet, mais n’aurait pas pu l’éviter : Steve Jobs pourrait se raconte en plusieurs films. Apple aussi. On verra en JOBS plutôt un portrait maladroit mais fascinant, et un Kutcher livrant une performance habitée. La vraie histoire ne sera sans doute jamais réellement racontée, et les quelques morceaux présentés ici ne sont que le sommet de l’iceberg.

3 / 5 Envie de découvrir notre Top Films 2014 ? Cliquez ici.
1 commentaire
19.08.2013, L'AUTEUR :
✪ 793 articles sur Onlike ✪

Allez plus loin en Films avec